Logan Bailly, nouveau chaînon manquant ?

Par Dominique le 10 octobre 2010 - 1 commentaire

Les Diables Rouges ont remporté leurs trois premiers points en phase éliminatoire de l’Euro 2012. Où ? Au Kazakhstan. Comment ? Platement. Et le mot est faible…


 

Ils ont fait le boulot. Voilà ! Un point, c’est tout. La victoire ramenée par les Diables Rouges du Kazakhstan ne m’inspire pas d’autre commentaire. L’essentiel est acquis. On connaissait l’importance de cette rencontre dans l’optique d’une hypothétique qualification de la Belgique au Championnat d’Europe des Nations 2012. Les hommes de Georges Leekens ont eu besoin d’une mi-temps pour prendre ce match par le bon bout et, du même coup, leur hôte à la gorge. Ce succès porte la marque d’un coaching payant, lorsque le sélectionneur belge prit l’initiative de remplacer Romelu Lukaku par Marvin Ogunjimi. Jusque-là, on avait très peu vu l’Anderlechtois. Le contraire aurait été étonnant compte tenu du nombre infiniment restreint de bons ballons qui lui étaient parvenus.

En première période, les Diables Rouges avaient décidé d’opter pour la facilité en se débarrassant au plus vite et au plus loin d’une balle qui semblait brûler les pieds de celui qui en avait la possession. Ensuite ? Eh bien, advienne que pourra ! Et rien, ou si peu n’advint. Face au désastre qui se profilait, tandis qu’une intervention du bras de Daniel Van Buyten dans le rectangle aurait pu être lourdement sanctionnée par l’arbitre et qu’une action amorcée par le remuant Schmidtgal face au décevant Alderweireld faillit déboucher sur l’ouverture du score par Nurbol Zhumaskaliyev, Marvin Ogunjimi apportait sa fraîcheur, son culot et sa lucidité pour débloquer la situation. La faute de main de Logan Bailly ? Elle est inadmissible : pour le même prix, cette bourde relançait le Kazakhstan par le biais d’une égalisation totalement inespérée. Le poste de gardien exige de celui qui l’occupe confiance et sérénité. Or, est-on dans ce double état d’esprit quand on a, comme Logan Bailly, encaissé seize buts en cinq rencontres de championnat avec son club ? La question ne réclame pas de réponse particulière lorsque l’adversaire du jour se nomme le Kazakhstan, une formation qui, à ce niveau de compétition, n’est jamais là que pour faire nombre. Et fait tache.

Mais qu’en sera-t-il ce mardi, face à l’Autriche, opposition d’un autre genre et dont la présence sur la pelouse du Stade Roi-Baudouin en appellera à d’autant plus de vigilance que, cette fois encore, la victoire sera impérative pour les Diables Rouges ? Entendons-nous bien. Je ne fais pas ici le procès de Logan Bailly. Je me moque de savoir s’il jouera contre l’Autriche. Ou si, a contrario, il sera remplacé par Jean-François Gillet, Silvio Proto ou n’importe qui d’autre. Non ! Ce qui m’intéresse, c’est d’être sûr que, pour ce match capital, il n’y aura pas de chaînon(s) manquant(s) chez les Diables Rouges, comme il y en eut récemment face à l’Allemagne ou en Turquie. Cela, est-ce dans nos cordes ? Et si ça l’est, on verra alors seulement si on peut toujours croire au miracle ! Personnellement, j’ai des doutes…

Dominique

 

13:46 Écrit par Dominique dans Diables Rouges | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Je me demande si le coach fédéral a bien les yeux en face des trous avec Logan Bailly ?
En effet ,depuis plusieurs semaines , il joue aux filets troués en Allemagne avec son club et que cela se ressent sur ses prestations en E.N où il n'est pas exempt de tout reproche .
Gillet qui n'a jamais rien eu à se reprocher a été écarté sans raison et Proto qui pète des flammes n'a pas encore eu l'occasion de la démontrer depuis l'intronisation de Leekens.
Alors Georges ,à quand ,une nouvelle chance aux 2 autres gardiens ?

Écrit par : Pavin Albert | 19 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.