Danny Ost, premier invité du "Dominique et le Skynet Football Club"

Par Dominique le 18 octobre 2010 - 2 commentaires

Première victoire pour l’AS Eupen en division 1 et premier invité de mon blog : Danny Ost. L’ancien entraîneur du club germanophone, le… premier « coach » à avoir été limogé cette saison, reste aussi le… premier supporter de son ancienne équipe.


Je n’étais plus revenu à Eupen depuis mon départ du Kehrweg, le 4 septembre. J’y suis retourné à la demande de l’un des sponsors du club, qui avait tenu à m’inviter pour assister à ce match contre Saint-Trond, le premier disputé dans un stade complètement transformé, modernisé. Je ne regrette absolument pas ma soirée. A mon arrivée au Kehrweg, j’avoue avoir été littéralement bluffé par la qualité des installations dans lesquelles Eupen évolue désormais. Entre le 25 août, date du début du chantier, et ce samedi 16 octobre, un travail remarquable a été accompli pour que le lieu fasse peau neuve. Moins de deux mois pour parvenir à un tel résultat ? C’est fantastique ! J’avoue avoir été soufflé…

J’ai également été époustouflé par la performance de mes anciens joueurs. Non pas parce que je doutais d’eux : j’ai toujours dit qu’Eupen possédait les qualités intrinsèques pour assurer son maintien en division 1. Ce que j’ai vu face à Saint-Trond me conforte dans mon opinion. Les Limbourgeois ont beau être dans le creux de la vague, leur marquer six buts n’est pas le fruit du hasard. Ou d’un heureux concours de circonstances. Cette réussite, il a fallu la forcer. Le travail à l’entraînement, comme l’attestent les deux premiers goals d’Eupen, qui découlent chacun d’une phase arrêtée, l’envie d’entreprendre une action, le talent pour mener celle-ci jusqu’à son terme relèvent d’un potentiel qu’Albert Cartier est parvenu à exploiter. Le Français est l’homme de la situation, plus en tout cas que ne l’était mon successeur, l’Italien Ezio Capuano. Celui-ci ne sera finalement resté que dix-neuf jours en poste. Je ne me permettrai pas de le juger. Simplement, j’affirme qu’Albert Cartier est quelqu’un qui adore les défis. Celui qu’il doit relever est exaltant. Vu les circonstances, sa parfaite connaissance du championnat belge constitue assurément un atout pour Eupen. Avec lui, le club est en de bonnes mains !

Naturellement, j’aimerais être à sa place. J’aurais aimé qu’on me donne un peu plus de temps pour pouvoir faire mes preuves. Il ne m’aurait pas davantage déplu de pouvoir, moi aussi, compter sur un effectif quasi au complet, de bénéficier de l’apport d’un Kevin Vandenbergh redevenu décisif, d’avoir ce petit brin de chance qui nous a tourné le dos contre Westerlo ou à La Gantoise et qui, si elle nous avait alors souri, m’aurait autorisé, j’en suis sûr, à continuer l’aventure avec ce groupe que j’ai contribué à bâtir. J’aurais tant voulu donner un peu de sens à l’insensé, à savoir sauver Eupen, lui éviter de connaître cet aller-retour auquel il est promis depuis son accession surprise en division 1. Amer ? Certainement pas. Déçu ? Un peu. N’est-ce pas humain ? Mais j’ai tourné la page. Vu mon engagement et ma passion, le football a peut-être été injuste avec moi. J’espère qu’il ne le sera pas avec Eupen. Ce serait dommage… »

Danny Ost (avec Dominique)

08:26 Écrit par Dominique dans On a invité... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

Merci pour tout Danny ! Tu resteras a toujours dans notre mémoire comme l'entraineur qui nous a amené en D1.
Le match de samedi était aussi en partie ton mérite.
Bon vent

Écrit par : Roger | 20 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Voilà la réaction d'un parfait gentleman.
Chapeau, monsieur Ost !

Écrit par : Alba Fucens | 22 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.