Quoi, vous ne connaissez pas encore Pastore ?

Par Renaud le 21 octobre 2010 - 1 commentaire

Ce qu’il y a de bien avec des amis qui aiment et qui écrivent le foot, c’est qu’ils ne s’arrêtent jamais. J’en connais un qui dans son style est assez fort. Comme chaque année, il prend quelques jours de vacances en septembre. Cette fois ça tombe sur Palerme.


La Sicile en septembre c’est magnifique. Il part. Pas de nouvelle, bonne nouvelle. Et puis un SMS. « J’ai un ticket pour Palerme-Lecce, je vais voir le nouveau Zidane, Javier Pastore. ». Il ne pouvait donc pas s’en empêcher, même en vacances il faut aller voir du foot. Dès son retour, ça donne ça : « Ce que j’ai vu de ce joueur en 45 minutes, tu le vois en une saison chez nous. Retiens ce nom Pastore. Et tape son nom sur youtube tu vas voir ce qu’il sait faire. » Et j’ai vu. Et depuis peu, j’ai même lu. Il avait raison. Ce jeune Argentin de 21 ans sera l’une des stars des prochaines années. Milieu offensif de Palerme depuis une saison et demie, Pastore a l’aisance des plus grands : finesse et intelligence avec un physique  moderne 187 cm et 75kg. Et bon signe, il n’a pas été repris par Maradona pour le Mondial. C’est dire le talent. Le jeune homme débarque en Europe en 2009 en provenance du club de Huracan, tornade en langue amérindienne. Déjà une belle promesse. Après un début difficile, acclimatations aux exigences particulières de la Serie A, on ne va pas revenir sur les clichés du foot italien,  l’Argentin commence à régaler la galerie là-bas en Sicile. Depuis septembre, le milieu de terrain a même passé la vitesse supérieure : 7 matchs, 4 buts et grand architecte de cette équipe du sub top italien. La suite, vous devinez déjà : les grands clubs se positionnent et flirtent avec son manager ou toutes autres personnes susceptibles d’influencer le beau Javier. « Tu ne vas pas rester dans ce club qui n’intéresse personne ; Palerme c’est un bled paumé comme Westerlo (ndlr : faut pas exagérer non plus) ; tu joues même pas la Champions League ; t’as pas envie que des milliers de jeunes jouent dans la rue avec ton nom dans le dos ? » Le métier quoi. Réponse de Javier : « Je joue au foot pour être heureux et je suis heureux à Palerme ». Faudra trouver autre chose car ses arguments vont pas tenir longtemps. Surtout si le Barça ou Arsenal déposent 40 millions d’euros sur la table. C’est du moins ce qu’il se dit. Avec 40 millions, moins les frais, il y a aussi moyen d’être heureux même au Camp Nou ou à l’Emirates Stadium. Tout ça pour dire que si vous avez la possibilité de voir jouer Palerme, en Europa League par exemple, regardez de plus près cet Argentin. C’est la promesse du foot mondial. Pas besoin de vous donner son numéro. Cela saute aux yeux.

Renaud.

 

 

14:22 Écrit par Skynet Foot dans Ligues européennes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Au passage, un grand bonjour à mon ami Pietro, qui a eu la bonne idée de m'emmener dans la curva du Borgio Vecchio au Stade Della Favorita (rebaptisé Renzo Barberi), où j'ai vu - pour la modique somme de 10 euros- un joueur comme on en voit rarement. Pour le prochain talent de ce niveau, il me faudra sans doute attendre quinze ans...

Écrit par : lucien prudence | 21 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.