Dominique D’Onofrio, invité du blog

Par Dominique le 25 octobre 2010 - 1 commentaire

L’entraîneur du Standard n’a pas du tout apprécié la véritable agression commise par Kenny Thompson sur Daniel Opare. Il le dit sur mon blog !


Je suis satisfait de la victoire que nous avons remportée contre La Gantoise. Un : elle a été obtenue face à un concurrent direct. Deux : elle nous a remis d’aplomb après notre échec du week-end précédent, à Genk. Trois : ce succès est le fruit d’une prestation collective intéressante et, donc, de qualité. En d’autres termes, la manière y était, même s’il est clair que nous nous sommes inutilement fait peur, lorsque les Gantois sont revenus au score par l’intermédiaire Elimane Coulibaly, puis quand Stef Wils, leur arrière central, s’est retrouvé esseulé à notre second poteau, la balle d’égalisation au bout du pied. Une telle faute de marquage est inadmissible. Comptez sur moi pour aborder cette question durant la semaine avec mes joueurs. Pareil laxisme ne peut plus se reproduire, et certainement pas au Club Brugeois où nous nous rendrons dimanche après-midi.


Je ne sais pas si la fatigue accumulée par les Gantois après leur déplacement à Lisbonne, jeudi, en Europa Ligue, a influencé le déroulement de cette partie. C’est possible. C’est humain. Ce dont je suis sûr, en revanche, tient au fait que nous leur avons été supérieurs. Nous nous sommes créés plus d’occasions. Ce constat n’est pas le fruit du hasard. Pour peu que Bojan Jorgacevic ne sorte pas ce penalty d’Axel Witsel et si Mehdi Carcela n’a pas la malchance de voir l’un de ses tirs renvoyé par le montant, ce match aurait pris des allures de déroute pour les Flandriens. De même si nous n’avions pas également péché par excès de précipitation sur l’un ou l’autre contre, des actions que nous avons stupidement gâchées tandis que nous étions en supériorité numérique face à une ligne arrière gantoise totalement désorganisée…


Voilà, précisément, où réside l’un des points faibles de mon équipe : la gestion en tant que telle d’une rencontre. Cela nécessite une forme de maîtrise, du recul aussi. L’une et l’autre nous font parfois défaut au point, en perte de balle, de nous mettre dans les soucis. Mais je ne me tracasse pas trop à ce sujet. Je travaille avec des garçons intelligents, appliqués et bien disposés à faire ce que je leur demande. Et si ce n’est pas le cas, je montre les dents. Victor Ramos peut en témoigner. J’estime qu’il ne s’implique pas assez. Son comportement a laissé à désirer à Genk. Par ailleurs, il ne m’a pas convaincu non plus à l’entraînement. Dès lors, c’est en toute logique que j’ai décidé, contre Gand, d’aligner Laurent Ciman aux côtés de Felipe, dans l’axe de la défense. Mon message est limpide : aucun passe-droit, seuls les meilleurs sont sur la pelouse…


Un mot encore. Pour stigmatiser l’agression de Kenny Thompson sur Daniel Opare. Ce geste de l’arrière gantois a été sanctionné avec trop de mansuétude par Frank De Bleeckere. Kenny Thompson s’en tire à bon compte avec une carte jaune : l’exclusion s’imposait. D’aucuns m’avaient fait le reproche d’avoir défendu Sinan Bolat suite à son expulsion à Genk (ndlr: voir mon blog du 19 octobre). C’était leur droit. Le mien consiste à dire qu’entre les menaces verbales que mon gardien avait proférées ce jour-là à l’encontre de Jelle Vossen et le tackle assassin du Gantois, il n’y a aucune comparaison : si Sinan a été mis dehors pour un mot malheureux, Thompson, lui, doit être exclu deux fois plutôt qu’une pour avoir failli casser la jambe d’Opare !

Dominique D’Onofrio (avec Dominique)  

17:27 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Merci Msieu DDO. pas facile pour vous depuis le début de la saison. mais tout doucement on dirait qu'on arrive à quelque chose.

Écrit par : Luc | 26 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.