Un Espagnol pour le FIFA Ballon d'or ? Non.

Par Renaud le 04 novembre 2010

Comme vous, j'ai un favori pour le prochain trophée qui récompensera le meilleur footballeur de la planète.


C’est le 10 janvier prochain que sera remis le FIFA Ballon d’or 2010. Plus que jamais la récompense ultime pour n’importe quel footballeur depuis la fusion entre le Ballon d’Or de France Football et le joueur de l’année de la FIFA. Mais dès lors qui a le droit de voter ? Que du beau monde. Il s’agit ni plus ni moins des capitaines des équipes nationales, des sélectionneurs de ces équipes ainsi que des journalistes de France Football. Tous à nombre égal et tous les votes ont le même poids. Difficile de faire plus sérieux et crédible. J’ai toujours pensé qu’une récompense émanant de la profession avait plus de valeur. Ici on est dans le ratio 2/3 - 1/3. Parfait. Quant à savoir qui va gagner ce premier FIFA Ballon d’Or, chacun y va de ses pronostics depuis que la liste des 23 nominés a été divulguée.  Mon choix a été vite fait. Et il ne date pas d’aujourd’hui. A vrai dire, dès le coup de sifflet de la finale de la Coupe du monde. Car il ne faut pas l’oublier, en cette année de Mondial, le futur vainqueur aura dû briller non seulement en Champions League  mais aussi durant l’événement sud-africain. Si vous êtes malins, vous aurez deviné qui gagnera. Cela tombe bien, je pense la même chose : Wesley Sneijder. Qui d’autre sérieusement… Un Espagnol parce que l’Espagne a gagné la Coupe du monde ? Cela me fait penser au ballon d’or 2006 quand ils se sont sentis obligés de donner la récompense à un Italien fraîchement  champion du monde, Fabio Cannavaro. Une honte. D’accord cette année, il y a match mais quand même. Non seulement Sneijder a réalisé le triplé avec l’Inter Milan en étant l’homme du match à plusieurs reprises mais en plus il a porté une grande partie de la Hollande sur ses épaules. On se souviendra encore longtemps de ses deux buts face au Brésil. Et puis personnellement, l’Inter et l’équipe des Pays-Bas m’ont fait plus vibrer en 2010 que Barcelone et l’Espagne. Le jeu en pantoufles des Espagnols m’a lassé cette année. Je te fais une passe, tu me la redonnes et tic et tac… un peu ça va. Mais à la longue, je trouvais cela usant. C’est un peu comme si le football se transformait en handball comme j’avais pu entendre pendant le Mondial. On fait tourner le ballon de gauche à droite devant une défense regroupée et on attend l’ouverture. Techniquement c’est top. Mais paradoxalement cela manque de surprise, de folie. Et puis, et surtout, ce serait une sorte de récompense indirecte pour José Mourinho qui n’a jamais gagné le plus beau des trophées via un de ses joueurs. Il est plus que temps que cette injustice soit réparée.

 

17:52 Écrit par Skynet Foot dans En marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.