Le dessous des cartes (2)

Par Dominique le 22 novembre 2010

On joue bien et on calcule. Les deux ne sont pas incompatibles. La preuve par le biais de cette revue, tout en chiffres, de la seizième journée de championnat…


Westerlo. Le spectaculaire partage décroché samedi par les Campinois à Gentbrugge n’étonnera, en définitive, que ceux qui suivent la compétition de loin. Les autres, c’est-à-dire vous et moi ? Eh bien, ils savent que Westerlo est une équipe qui s’exprime plutôt bien en déplacement. En ramenant le nul de Gand, les partenaires du déroutant Paulo Henrique ont obtenu leur quatorzième point (en 8 matches) à l’extérieur. Ce qui leur permet d’atteindre un taux de réussite de cinquante-huit pour cent hors de leurs bases. Personne n’a fait mieux ? Si : le Sporting d’Anderlecht et le Racing Genk. Tiens donc ! En s’imposant au Mambour, les Limbourgeois ont récolté leur quinzième point (en 8 matches) en déplacement, soit 62,5% de taux de réussite. En gagnant au Kiel, les Bruxellois ont enchaîné sur une deuxième victoire de rang à l’extérieur (après Gand), portant leur total à 17 points (en 9 matches), soit 63% de taux de réussite. Rendez-vous est pris le 4 décembre pour les uns et les autres : Genk ira ainsi défier le Germinal Beerschot (a priori, rien de compliqué) et Anderlecht s’exilera au Gaverbeek…


Zulte-Waregem. Justement, puisqu’on parle du club flandrien, eh bien, continuons dans la mesure où celui-ci offre la particularité d’avoir à sa tête le seul entraîneur toujours… invaincu cette saison. Il s’agit d’Hugo Broos, appelé au chevet de Zulte-Waregem afin d’y pallier le manque d’autorité et l’incompétence du novice Bart De Roover. La passation de pouvoir entre les deux hommes s’est déroulée le 27 octobre. Depuis, les Flandriens ont disputé quatre matches. Ils en ont remporté deux (à Saint-Trond et contre le Standard), partageant les points à deux reprises (face à Courtrai et devant Lokeren). En attendant mieux ?


Club Brugeois. Un vent de tempête souffle sans discontinuer sur l’Olympiapark. Eliminés en Coupe de Belgique, faiblards (doux euphémisme) en Europa Ligue, largués en championnat (ils comptent déjà 6 défaites !),  les Brugeois du Club sont tout simplement indignes de leur réputation. Le jeu qu’ils développent est affligeant. On en a eu une nouvelle preuve dimanche, lors du derby face au Cercle. Le Club Brugeois s’est incliné. Comme cela s’était également produit au match-aller. Voilà dix-sept ans que les Flandriens n’avaient plus été battus deux fois de suite par leurs voisins. Pour trouver trace d’un tel affront, il faut remonter à la saison 1992-1993, lorsque le Cercle s’était imposé à deux reprises sur un score identique de trois buts à un : tout d’abord le 21 novembre 1992, ensuite le 16 avril 1993. Bob Peeters, son entraîneur, est entré cette saison dans la profession sans la moindre faute de goût. A méditer !

Le chiffre : 1.440. Soit le total de minutes dénombrées lors des seize journées de championnat. Seize multiplié par nonante : le compte est bon. Il l’est d’ailleurs aussi pour ces neuf joueurs de champ, indéboulonnables dans leur rôle et qui, à ce titre, affolent les statistiques en raison de leur régularité et du crédit dont ils jouissent auprès de leur entraîneur respectif. Depuis le début de saison, ces neuf-là ont donc additionné les matches sans en manquer la moindre seconde. Il s’agit de Vincent Euvrard (Saint-Trond), David Vandenbroeck (Zulte-Waregem), Carl Hoefkens (Club Brugeois), Karim Belhocine (Courtrai), Mijat Maric (Lokeren), Jef Delen, Adan Mravac, Günther Vanoudenaerde (tous trois Westerlo) et Bernt Evens (Cercle Bruges). Pour ce dernier, l’aventure est toutefois terminée : averti dimanche contre le Club Brugeois, Bernt Evens sera suspendu pour la venue du Germinal Beerschot à l’Olympiapark, le week-end prochain.               

Lokeren. Quel club étonnant ! Moribonds il y a quelques mois, sauvant leur peau d’extrême justesse, les Waeslandiens vivent aujourd’hui à cent à l’heure. Leur dernière défaite en championnat date du 18 septembre. Lokeren s’était incliné à Genk. Une contreperformance qui n’a rien de déshonorant en soi. Depuis, l’équipe dirigée par Peter Maes a engrangé les succès (7), concédant deux partages. En outre, Lokeren affiche un tel état d’esprit positif sur les terrains qu’à ce jour, aucun de ses joueurs n’en a encore été exclu. Comme quoi, on peut gagner des matches sans pour autant dénaturer le jeu en multipliant les coups tordus...

Dominique

20:28 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.