Michel Preud'Homme reprend le blog

Par Dominique le 23 novembre 2010 - 4 commentaires

J’ai profité d’une invitation lancée par cet ami de longue date, aujourd’hui entraîneur du FC Twente Enschede, pour lui confier les rênes de mon blog. Il ne les a pas lâchées, tout en se lâchant lui-même sur un sujet qui lui tient à cœur : le parcours que réalise son club en Ligue des Champions. Prochain match : ce mercredi, à Milan, contre l’Inter…


Au vu de nos deux derniers résultats en championnat des Pays-Bas : une défaite au NAC Breda et un échec à domicile contre AZ’67, il est clair que j’aurais préféré me mesurer à l’Inter Milan dans un contexte, disons, plus favorable. D’autre part, les Italiens ne marchent pas trop bien non plus actuellement : fortement bousculés à Tottenham début novembre dans le cadre de la quatrième journée de cette phase éliminatoire de la Ligue des Champions, ils ont ensuite enchaîné les contreperformances, concédant le nul face à Brescia avant de s’incliner coup sur coup devant le voisin du Milan AC puis au Chievo Vérone. Si, a priori, le moment est malvenu pour nous de les prendre, l’instant ne semble guère opportun pour eux de nous accueillir.

Mais, bon ! Comme moi, vous savez que le football est un sport merveilleux. Pour cette raison, il réserve parfois de jolis coups de théâtre : au jeu des comparaisons, tout reste donc ouvert entre deux équipes qui auront à cœur de se racheter. Je crains une réaction d’orgueil dans le chef de l’Inter Milan. J’attends dès lors de mes joueurs que la perspective de battre le tenant du titre sur sa propre pelouse les sublime. Nous sommes peut-être « petits » par rapport à notre adversaire du jour. Nous n’en sommes pas moins costauds. Les cinq points que nous avons jusqu’à présent récoltés en Ligue des Champions, les cinq premiers de l’histoire du FC Twente, augmentent nos ambitions : nous espérons en effet survivre à cette phase de délayage et, ainsi, retrouver l’Europe dès le mois de février.

Deux scénarios sont possibles : soit nous poursuivons notre parcours en Ligue des Champions après avoir décroché l’une des deux places qualificatives de notre poule, ce qui demeure mathématiquement possible, soit nous sommes contraints de nous contenter de l’Europa Ligue après avoir fini troisièmes dans ce groupe A. Je ne vous cache pas où se situe ma préférence. Sommes-nous taillés pour l’aventure ? Je l’espère. La manière dont nous avons bougé l’Inter Milan chez nous, à l’aller, la façon dont nous avons gagné au Werder Brême, notre attitude à Tottenham, où nous sommes envoyés en enfer par la seule volonté d’un arbitre particulièrement mal inspiré ? Voici ce qui me permet d’affirmer aujourd’hui que nous ne lâcherons rien devant les Italiens. Et tant mieux si on nous donne perdants à l’avance : pour nous, ce sera le meilleur moyen de créer la surprise !

A ce propos, je me rappelle d’un match que j’avais moi-même disputé dans ce même stade Giuseppe Meazza de San Siro. C’était en 1990, avec le FC Malinois. J’en étais le gardien de but. Nous affrontions le Milan AC en quart de finale de la Coupe d’Europe des clubs champions. Franco Baresi, Marco van Basten, Paolo Maldini, Frank Rijkaard, Marco Simone, Carlo Ancelotti, Ruud Gullit : voilà ceux qui, entre autres, composaient cette véritable « dream team » dirigée de surcroît par un entraîneur de légende, Arrigo Sacchi. La réputation dont notre rival pouvait se prévaloir ne nous avait pas empêchés, nous, les prétendus « petits » – j’y reviens –, de nous montrer plutôt costauds en obligeant les Milanais à puiser au plus profond de leurs réserves. Ils s’étaient imposés après prolongations. En dépit de notre défaite, deux à zéro, cette rencontre constitue l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière de joueur. Non pas parce que Silvio Berlusconi en personne m’avait adressé ses félicitations pour la qualité de ma prestation – quoique… –, mais parce qu’à cette occasion, nous avions prouvé qu’en nous démenant sans relâche, en nous épuisant dans des courses toujours utiles, en nous montrant disponibles les uns envers les autres, tout rival, fut-il surdoué comme l’était alors le Milan AC, peut douter. J’attends que l’équipe que j’alignerai contre l’Inter affiche semblable comportement. Histoire que je n’oublie pas de sitôt cette soirée. Comme je n’oublierai jamais ce soir de l’année 1990… »      

Michel Preud’homme (avec Dominique)

20:45 Écrit par Dominique dans On a invité... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

Commentaires

Bonjour,
Je vais avoir bientôt 54 ans et je suis fervent supporter du standard de liège depuis l'âge de 8 ans.
J'ai eu l'occasion de suivre le parcours de Michel tout au long de sa carrière qui pour moi à été un gardien de but de très grand talent.
N'oublions pas ses deux titres de champion avec les rouches et aussi avec Malinnes il à remporté la coupe des coupes en 1988
Seul club Belge depuis cette date.
Que dire de sa préstation à la coupe du monde de 1994 ou il à été tout simplement éblouissant et désigné meilleur gardien du monde.(top 10 des gardiens durant 8 années consécutives!)
J'ai eu un petit pincement au coeur quant il à prit sa retraite en 1999,mais ça n'a pas duré longtemps,car j'ai pu le suivre dans sa deuxième carrière comme entraineur.
Et là, Michel nous offre à nous un titre de champion de belgique que l'on osait trop éspèrer après 25 longues années de pénitence!
Maintenant tu continues à faire parler de toi partout ou tu passes,tu es malgré un caractère pas toujours facile,mdr... un homme éxceptionnel et c'est pour cela que je t'admire autant.
Merci Monsieur Michel Preud'homme.
Et bonne continuation dans ton métier que tu fais si bien et que tu aimes tant, bravo.

Écrit par : Friant. D | 24 novembre 2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Au cas où Michel ne prend pas connaissance de votre commentaire, nous lui transmettrons. Bien à vous. Renaud.

Écrit par : Renaud | 26 novembre 2010

Je tiens juste à souhaiter beaucoup de courage et de réussite (pour autant qu'il en ait besoin) à ce compagnon de l'Athénée Royal de Seraing, 1971/1978.

Écrit par : Jean-Louis | 26 novembre 2010

Répondre à ce commentaire

voir courrir 22 abrutis sur pelouse derriere un ballon, je comprend pas que l'onpuisse s'interesser a ça...!

Écrit par : azerty | 06 juin 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.