Les excellents choix de la FIFA

Par Renaud le 03 décembre 2010 - 1 commentaire

Je ne partage pas les opinions que l'on peut lire à gauche et à droite depuis les nominations de la Russie et du Qatar comme pays organisateurs des prochaines Coupes du monde. Pour moi la FIFA a fait le choix qu'il fallait mais qu'elle n'assumait pas vraiment. Oui, le football de papa est mort depuis des années mais elle ne voulait pas vous le dire.


Depuis ce 2 décembre, le football est devenu officiellement un business. Faire de l'argent avec une balle de foot est l'objectif avoué. Le Président Blatter est sorti du bois et je le félicite. Enfin, on va pouvoir arrêter cette hypocrisie du foot et de l'argent. L'un ne va pas sans l'autre. Arrêtons de pleurer et de jouer les vierges effarouchées. Qui ne voulait pas le savoir ? Maintenant tout le monde sait. Acceptons-le ! Petite boutade: je suis curieux de savoir combien de journalistes refuseraient une offre du Qatar pour travailler dans l'équipe de communication du Mondial 2022. Quelle hypocrisie vraiment.


Mais est-ce une bonne chose ? La question ne se pose pas car il n'y a pas d'autre choix. L'argent dirige les grandes institutions du monde et donc dans le football. J'irais même plus loin en appliquant ce choix de la rentabilisation à toutes les compétitions. Je défends l'idée que le système actuel du foot, européen surtout, est obsolète et qu'il faut dessiner ce que les Américains ont fait il y a des décennies avec le basket et la NBA, le hockey et la NHL, le base-ball et la MLB, le football américain et la NFL. Créer des championnats fermés, vivant de la billetterie, du merchandising et des droits TV. En gros,  ce que l'UEFA tente de faire passer avec sa Champions League. Mais les nations sont encore trop conservatrices. Surtout les petites… Pour faire simple et dans les grandes lignes, on créé un championnat avec les 32 meilleurs équipes européennes (critères à définir) sous forme de clubs franchisés. Ces équipes s'affrontent de septembre à juin, 2 matchs par semaine, avec play-offs au printemps. Un champion. Chaque club a une masse salariale de X dizaines de millions qu'il ne peut dépasser (fini donc les injustices actuelles avec un club qui peut avoir des centaines de millions d'euros de dettes et continuer à transférer alors que d'autres législations interdisent à un club de bouger s'il n'a pas payé sa concierge). Ces clubs doivent disposer d'un stade couvert d'au moins 50.000 places et d'une infrastructure d'accueil irréprochable. Ce sont les équipes les moins bien classées qui ont les premiers choix sur les joueurs transférables à deux périodes précises de l'année. Un pourcentage des bénéfices après impôts est distribué au football amateur et à la formation des jeunes. Plus un tas d'autre mesure visant à pérenniser le système.

Que deviennent alors les équipes classées après la 32e place ? Elles jouent dans une autre ligue avec des équipes de leur niveau respectant les mêmes règles. Pourraient-elles revendiquer une place dans les 32 ? Oui si les garanties sont remplies et qu'une franchise décide d'arrêter. Ce sera la fin des championnats nationaux tels qu'on les connait. A l'heure de la mondialisation, je ne vois pas où est le problème. C'est même une question de survie. Vous avez vu l'état lamentable de notre championnat, de notre fédération, de nos grands clubs, de notre Ligue, de nos stades ? N'est-il pas temps d'admettre que l'on va dans le mur si on ne change pas ? La FIFA a compris où était son intérêt en choisissant la Russie et le Qatar. A l'UEFA et autres ligues européennes de suivre le mouvement. Sans hypocrisie.

Renaud

11:36 Écrit par Skynet Foot dans En marge | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

pas faux.le sport est définitivement mort:vive le sport bussiness.Donc on pourra enfin clairement désigner les équipes qui passeront le 1er tour(en fonction des droits télés payés).Plus d éthique;tout pour le fric.enfin le sport a l image de notre société.

Écrit par : deprez eric | 05 décembre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.