C’est la chute finale…

Par Dominique le 13 décembre 2010 - 2 commentaires

La formule actuelle du championnat de Belgique ne sera pas reconduite. Le fait est acquis depuis vendredi. Ou comment coller des rustines sur une chambre à air crevée de toutes parts…


Noël approche à grands pas et vous n’avez toujours pas déniché le cadeau idéal que vous comptiez personnellement vous offrir ? Vous pensez avoir tout ce qu’il vous faut ? Détrompez-vous ! Il vous manque en effet un petit manuel pour décrypter toutes les finesses et percevoir toutes les nuances du football belge. Indispensable ? Et comment par les temps qui courent ! On avait à peine saisi de quelle manière la réforme – lancée au printemps 2008 – du championnat marchait qu’en voilà une autre qui pointe déjà le bout du nez avec, à la clé, le retour à une compétition à dix-huit équipes, naturellement sans le recours à ces fameux play-offs.

J’avoue avoir hésité à commenter le sujet. Quoi de plus barbant en effet que d’évoquer les agissements de cet aréopage de barbons fermement décidés à s’étriper en se livrant une bataille farouche d’arrière-garde, lutte âpre de colleurs de rustines sur une chambre à air qu’ils se plaisent eux-mêmes à dépieuter inlassablement ? Finalement, je me suis résolu à aborder cette querelle gauloise dépourvue de toute forme de vision à long terme, non point parce qu’elle s’inscrivait dans l’air de ce temps maussade plombé par les agissements de ces caudillos d’opérette, mais plutôt parce que l’occasion m’était ainsi donnée de clamer mon ras-le-bol. Stop ! Assez ! Basta ! Suffi ! C’est l’overdose ! Il est clair qu’il est indispensable de se pencher sur la façon dont le football fonctionne en Belgique. Car il fonctionne mal. Mais j’exige en tant que « cochon de payant » – ce que vous êtes aussi d’ailleurs – un vrai débat, un véritable engagement à propos du sport numéro un national de la part de ses responsables. Dès lors, je veux qu’on en finisse avec ces comportements de cours de récréation où la tentation de se replier dans son coin sur ses intérêts propres le dispute à une frivolité et à un opportunisme suicidaires.

C’est pourquoi je ne comprends pas, je n’admets pas ce qui s’est produit vendredi dernier à la Ligue professionnelle. Si j’en fus étonné ? Pas du tout ! Voilà bien où réside le problème, dans ce constat sans surprise, dans cette question à la réponse évidente : que faut-il encore espérer de ces dirigeants qui, pourtant des gens relativement importants de la société civile et très compétents – pour la plupart – dans leur secteur d’activités, occupent des postes qui nécessitent une permanence et une aptitude dont ils sont dépourvus ? Rien ! Il ne faut rien espérer d’eux. Ni quoi que ce soit d’intelligent, de cohérent, de performant ou de créatif. Dans l’imbroglio qui paralyse déjà le football belge, ils sont donc onze (plus le Standard) à vouloir créer les conditions d’une chute finale, refusant de réintroduire de l’excellence, de l’ambition, de la culture de haut niveau au plus haut niveau, prônant cyniquement le nivellement par le bas de la division 1. Nul n’ignore qu’une réflexion technique doit absolument être menée sur la valeur du championnat de Belgique. Or, ce n’est pas en ouvrant celui-ci à tous vents qu’on favorisera l’homogénéité et l’efficacité du système. Car dites-moi : par quel autre chipotage la division 1 augmentera-t-elle l’an prochain en nombre, sinon en faisant en sorte que Charleroi, le Lierse ou n’importe quel club potentiellement candidat aujourd’hui à la relégation se maintienne demain au prix d’un aménagement du règlement actuellement en vigueur ? Ou pire, en voyant gâcher ces repas dominicaux anxiogènes par des plats dont nul n’aura pris préalablement le soin d’en traquer les colorants, les épaississants et les émulsifiants produits à la chaîne à l’étage du dessous ? Certains en profiteront. C’est logique. Dans ces conditions, il ne me surprendrait pas que telle ou telle chaîne de fast-food installée à Lommel, Louvain ou Mons vienne parrainer cette prétendue élite reliftée à coups de marteaux-piqueurs. Histoire que cette future compétition nous reste complètement sur l’estomac…

Dominique         

17:10 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

Pourquoi, diantre, vous excitez-vous sur un sujet qui n'intéresse quasiment personne? Le football belge ne vaut guère plus qu'un entrefilet dans la presse étrangère et sa gestion est tout simplement à son image. Quant aux amateurs de football belge, comment peuvent-il encore se rendre dans les stades pour voir des "stars" style Wazyl, Biglia, Radzinski ou Boussoufa? Il y a trente ans, ces "stars" n'auraient même pas évolué en réserves à Lokeren ou à Beveren. Quant au Sporting d'Anderlecht que vous semblez décidément chérir par dessus-tout, quels ont été ses résultats en Coupe d'Europe ces derniers vingt ans? Nuls, nuls et nuls.

Écrit par : Robert Budusi | 13 décembre 2010

Répondre à ce commentaire

Cher monsieur Dominique, si ce blog ne permet pas aux internautes de contester vos états d'âme, je ne comprends pas pourquoi vous désirez susciter leurs réactions, lesquelles me semblent d'ailleurs confinées dans la plus stricte intimité...

Écrit par : Robert Budusi | 13 décembre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.