Anderlecht et Lukaku : pas question de… débloguer

Par Dominique le 28 décembre 2010 - 3 commentaires

La naissance, ce lundi en fin de matinée, de sa petite-fille Lily-Rose n’a pas empêché Herman Van Holsbeeck de saisir fermement les commandes de mon blog. Le sujet que le manager général du Sporting d’Anderlecht aborde intéressera beaucoup de monde : il concerne l’avenir de Romelu Lukaku !


Une certaine effervescence règne à nouveau autour de Romelu Lukaku. Pour être franc, je ne comprends pas les causes de cette agitation parfois mal canalisée. Le marché hivernal des transferts donnerait-il des idées à quelques-uns ? Vraisemblablement. Cette période migratoire en ferait-elle fantasmer d’autres ? Sûrement. Mais, ici, au Sporting, tout est calme. Notre position est très claire au sujet de notre attaquant : Romelu Lukaku terminera la saison à Anderlecht ! Après ? C’est une autre histoire. Celle-ci s’écrira probablement à partir de la mi-février, lorsque les clubs qui s’intéressent à lui et qui, surtout, sont en mesure de payer la somme que nous réclamons prendront contact avec nous afin de faire avancer un dossier compliqué, forcément chaud et qu’il conviendra dès lors de boucler sans tarder, histoire que nous sachions rapidement tous où nous allons.

Jusqu’à présent, un seul candidat-acquéreur s’est réellement manifesté concernant Romelu Lukaku. Il s’agissait d’une formation anglaise de moyenne envergure. Ses représentants m’avaient téléphoné pour m’annoncer que si le Sporting d’Anderlecht marquait son accord, ils étaient prêts à sauter dans le premier avion à destination de Bruxelles pour régler cette affaire au plus vite. Ces gens étaient disposés à verser vingt millions d’euros pour Romelu Lukaku. Je les ai remerciés de l’intérêt qu’ils manifestaient envers notre joueur. Puis je leur ai annoncé qu’à ce prix-là, ce n’était pas la peine, il ne s’en irait pas. Nous étions dans les derniers jours du mois d’août. Depuis ? Je n’ai plus rien entendu. Si ! Des rumeurs. Des bruits de couloirs. Des intentions sont prêtées à diverses équipes. Romelu Lukaku plait à pas mal d’entraîneurs, et non des moindres. Mais de là à vous dire avec certitude où il évoluera dans un avenir proche, il y a une marge que je refuse de franchir. Tout simplement parce qu’à ce jour, nul ne le sait encore.

Tout à l’heure, j’expliquais que les choses devraient bouger aux alentours de la mi-février. Cette échéance s’inscrit dans le respect strict d’un agenda qu’il convient toujours d’établir pour une transaction de cette importance, où énormément de paramètres doivent être tenus en compte. Le bien-être du principal intéressé n’est pas le moindre. A mon sens, les qualités intrinsèques de Romelu Lukaku l’inciteront plutôt à prendre la direction d’un pays où, à l’instar de ce qui se produit en Angleterre et en Allemagne, la compétition est plus physique que technique. L’Italie ? Je n’y crois pas. Il reste alors l’Espagne. Mais mis à part le Real Madrid et le FC Barcelone, qui, dans une Liga surendettée, est actuellement capable de s’offrir les services d’un buteur de ce niveau ? Personne ! En outre, et en imaginant que Romelu rejoigne l’un des deux monstres que je viens de citer, quel rôle tiendra-t-il dans des effectifs surnuméraires, où tous les postes sont dédoublés voire même triplés ? Lorsqu’il nous quittera, Lukaku devra se sentir désiré. C’est indispensable pour que son évolution se poursuive. Il lui faudra donc jouer le plus souvent possible. Et, au préalable, il conviendra que ceux qui l’engageront aient fait de la place pour lui. Sera-ce le cas au Real Madrid ou au FC Barcelone ? Il ne m’appartient pas de répondre à cette question. Toutefois, j’ai ma petite idée à ce propos.

Vous m’avez compris : le Sporting d’Anderlecht ne… débloguera pas avec Romelu Lukaku, du moins si vous me permettez pareil jeu de mots. Nous voulons que le départ de celui qui sera peut-être le prochain Soulier d’Or se déroule en parfaite intelligence. Avec lui-même d’abord. Avec son entourage ensuite. Avec son nouvel employeur enfin. N’est-ce pas normal que nous défendions au mieux les intérêts de notre joueur ? Et, a fortiori, les nôtres ? Evidemment. En d’autres termes, le Sporting d’Anderlecht ne fera pas de l’argent sur le dos de Romelu Lukaku pour le plaisir d’en faire. Je le répète : nous désirons nous retrouver dans cette opération. Qui oserait d’ailleurs nous le reprocher ? Surtout, nous souhaitons que cette étape, capitale sans aucun doute, qu’il franchira bientôt ne serve pas uniquement à alimenter notre compte en banque – même si nous ne nous en plaindrons pas –, mais plutôt qu’elle soit le gage d’une réussite personnelle et la garantie de succès futurs pour lesquels cet immense talent paraît prédestiné ! Nous nous emploierons afin qu’il en aille ainsi. Soyez-en convaincus !

Herman Van Holsbeeck (avec Dominique)  

  

Commentaires

Donc on apprend que Romelu n'ira pas en Espagne. Ce sera donc l'Angleterre. Mais où ? Je pense que Fulham pourrait lui convenir de même qu'Arsenal. Mais avec moins de temps de jeu chez les Gunners évidemment.

Écrit par : Renaud | 28 décembre 2010

Répondre à ce commentaire

Quand on pense qu'un gars comme Boussofa gagne 1,3 million d'euros pas ans comme salaire à Anderlecht, et que cela représente un salaire de D2 en Allemagne ou en UK, là où il pourrait en gagner quatre fois plus.
Le LOUKAKOU ne restera plus longtemps en Belgique.
Pays que des types du NVA veulent faire disparaître.

Écrit par : La Parole | 01 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Un petit coucou, en passant, à Monsieur Dominique Paquet, ravie de retrouver ta plume !

Écrit par : Pascale Miss | 02 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.