Herman Van Holsbeeck prépare sa sortie

Par Dominique le 27 janvier 2011 - 2 commentaires

La révolution de palais qui s’est opérée au Club Brugeois le 17 janvier dernier a fait deux victimes : Luc Devroe, le manager qui avait en charge jusqu’alors toute la politique sportive de l’équipe flandrienne et qui a été viré de son poste, mais aussi le… Sporting d’Anderlecht. Explications…


Le sujet s’était glissé comme ça, dans la conversation. Il était question de l’avenir de Romelu Lukaku (voir mes blogs du 28 décembre 2010 et du 20 janvier dernier). Je m’étais mis dans la tête de découvrir jusqu’où le Sporting d’Anderlecht envisageait de faire monter le prix de son attaquant mais, surtout, avec quelle(s) équipe(s) les Bruxellois étaient en train de traiter ce transfert au montant-record. Mes demandes étaient précises. Les réponses qu’y apportaient Herman Van Holsbeeck étaient courtoises. Cependant, toutes demeuraient vagues. Puis, sans raison apparente, le manager du Sporting d’Anderlecht m’avait annoncé : « Tu sais, je connais ma chance. Celle-ci consiste à travailler pour le plus grand club de Belgique. Et je considère ça comme un honneur. Pour autant, je ne m’accrocherai pas à mon poste. Au moment opportun, je passerai la main. » Je n’avais pas relevé. Si j’avais deviné que cet aveu était une façon pour Herman Van Holsbeeck de démonter la réalité, c’est-à-dire afin que je comprenne que les Bruxellois prendraient tout leur temps concernant Romelu Lukaku, pour la recomposer d’une manière plus personnelle, je n’avais toutefois pas saisi l’importance de cette confidence. Je le cite encore : « J’approche de mes soixante ans. On prétend que c’est un cap psychologique important dans la vie d’un homme. J’ignore comment je négocierai ce virage. Mais il sera peut-être temps pour moi de goûter à une autre activité, moins stressante. »

Le message était extrêmement clair. C’était bien là une manie journalistique de spéculer sur le point de chute d’un international belge (avez-vous vu que Palerme s’est à son tour manifesté ?), mais c’était une obligation pour Herman Van Holsbeeck de ne pas dévoiler ses cartes tandis que la mise déposée sur le tapis est susceptible d’atteindre une somme astronomique pour la Belgique. Dans le cas présent, et tout particulièrement au stade de commercialisation ultra-avancé où se situe une transaction de ce niveau, nulle question n’est aussi promptement éludée que celle qui consiste à savoir ce qu’il est interdit de révéler. Ce jour-là, donc, Herman Van Holsbeeck avait botté en touche. J’enrageais. Pourtant, j’avais en ma possession une information intéressante. Or, je ne m’en étais pas aperçu…

Herman Van Holsbeeck allait me le faire remarquer au début de cette semaine, alors que nous devisions à propos du médiocre Anderlecht – Standard du week-end précédent. « Tu te souviens, m’avait-il demandé, de l’échange que nous avions eu récemment ? Je t’avais clairement laissé entendre que je veillerais à ce que mon travail ne m’engloutisse pas. Celui-ci est passionnant. J’en suis conscient. Mais dois-je pour cela ne pas me fixer une marge de manœuvre qui serait, par exemple, limitée par l’âge ? »

Cette fois, j’avais compris. Herman Van Holsbeeck était en train de m’annoncer qu’il préparait sa succession et, a fortiori, sa sortie. Certes ! Celle-ci n’est pas pour demain. Le manager du Sporting d’Anderlecht vient à peine de fêter son cinquante-sixième anniversaire. Mais occuper de telles fonctions ne s’improvise pas. Il faut des muscles car, comme le précise l’intéressé, « nous nous débattons sans cesse, comme des barques qui sont portées par un courant vers un point où elles ne veulent pas aller. » Il convient également d’avoir une tête, bien faite, bien pleine, tandis que conjuguer bon sens et goût du risque calculé est impératif.

Aux yeux des Bruxellois, une seule personne possède aujourd’hui le profil recherché. Il s’agit de Vincent Mannaert. Son nom vous est sans doute inconnu. Vincent Mannaert est le pendant d’Herman Van Holsbeeck à Zulte-Waregem. Il y a été engagé début 2007. Il est jeune, car né en 1974. Sa compétence et son professionnalisme ont déjà attiré l’attention de La Gantoise et du Racing Genk. Le 1er avril, Vincent Mannaert deviendra manager général du Club Brugeois. La nouvelle a été officialisée le 17 janvier, après que les Flandriens eurent procédé à une refonte complète de leur organigramme. Le Sporting d’Anderlecht suivait de très près l’évolution de la carrière de Vincent Mannaert au Gaverbeek. Ainsi, les Bruxellois n’ignorent rien du rôle important tenu par celui-ci dans les arrivées de Franck Berrier, Khaleem Hyland, Steve Colpaert, Habib Habibou, Teddy Chevalier ou Mbaye Leye à Zulte-Waregem. Ils auraient, paraît-il, apprécié à leur juste valeur la clairvoyance et l’abattage affichés par Vincent Mannaert sur ces dossiers. Entre autres. Pour avoir porté le maillot d’Anderlecht jusqu’en Juniors Uefa, le bonhomme partait, en outre, avec l’avantage de bien connaître le mode de fonctionnement du club bruxellois, et la mentalité qui y règne. Dès lors, voici le Sporting dribblé par l’un de ses rivaux historiques. « On s’en remettra », assure Herman Van Holsbeeck. Entre-temps, le quotidien a repris ses droits au Parc Astrid. Avec, à la clé, une nouvelle offre pour Romelu Lukaku ? Je vous promets de retourner très bientôt voir Herman Van Holsbeeck afin de vous tenir au courant. Rassurez-vous : il sera toujours là !         

Dominique

12:16 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

je tennai vous apprendre que sous Netscape le formulaire du site m'affiche quelques bugs de présentation. chaleureusement, Timothy

Écrit par : Visiter paris | 20 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour pouvez vous me communiquer le nom de ce CMS ainsi que sont maniement pour un constructeur de site neophyte.

Écrit par : tarot de marseille | 12 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.