Georges Leekens se met à table

Par Dominique le 08 février 2011 - 7 commentaires

Quand le week-end arrive, le sélectionneur national n’aime rien d’autre que de marier un grand cru à une assiette finement garnie. Confidence récemment recueillie auprès de l’intéressé lui-même. Mais qui tombe à… plat : au moment de sa prise de fonctions le 4 mai dernier, n’avait-il pas été expressément demandé à Georges Leekens d’apaiser la fringale des Diables Rouges en termes de résultats ? Pour l’instant, je reste sur ma faim…   


Il m’est parvenu l’autre jour une information bien curieuse. Celle-ci concernait la façon dont Georges Leekens appréciait passer ses week-ends. Ah ! Je perçois d’ici votre remarque. D’ailleurs, elle est fondée : « Les responsabilités qui incombent à l’entraîneur fédéral contraindront le titulaire du poste à accumuler les kilomètres afin d’évaluer au mieux l’état de forme des joueurs que l’intéressé est censé retenir pour la prochaine rencontre de l’équipe nationale. » Le règlement intérieur de l’Union belge est formel là-dessus. Il n’y a pas à en sortir. Par conséquent, lorsque la fin de la semaine arrive, on imagine que le sélectionneur belge fait comme tous les autres sélectionneurs du monde : il saute dans sa voiture, – ou dans un avion, – afin de voir le maximum de matches qu’il peut. 

Or, l’aveu dont il est question ici est d’une autre trempe. J’en ai pris connaissance presque par hasard, en lisant une interview accordée par Georges Leekens au biennommé supplément « Weekend » du « Nieuwsblad ». Habituellement, je n’emprunte jamais semblables voies sans issue en terme d’information. Là, j’ai fait une exception. Allez savoir pourquoi ! Le propos est récent. Il date du 29 janvier. Tandis qu’il lui est logiquement demandé de raconter comment il aime meubler ses propres week-ends, Georges Leekens entend dire sa singularité. On le supposait bosseur. On le découvre fine fourchette. On le croit en repérage dans les stades. On apprend qu’il raffole se rendre à l’étranger, comme à Londres par exemple, mais pour faire du shopping, avec sa femme. Il précisera néanmoins que ce jour-là, que nous situerons aux environs de la mi-novembre, il en avait profité pour assister à une rencontre de championnat d’Angleterre entre Chelsea et Fulham. Il souhaitait s’enquérir de l’état de forme de Moussa Dembele. Dès lors, passer par Stamford Bridge semblait en effet plus indiqué que s’attarder inconsidérément chez « Harrods ». Toutefois, l’un n’a pas empêché l’autre. Partisan de joindre l’utile à l’agréable, mais en outre préférant « écouter Leonard Cohen un verre de vin à la main devant un feu ouvert », sans doute en feuilletant distraitement le « Guide culinaire » d’Auguste Escoffier, n’est-ce pas mieux que d’avoir les tympans percés par les beuglements de quelques pithécanthropes à qui il manque deux, trois neurones essentiels ? On l’aura compris : dès qu’il le peut, Georges Leekens fuit les stéréotypes de base liés à la fonction qu’il occupe.  

Ah ! Cohen et « Suzanne ». Guitare en bandoulière, le Canadien n’aime rien d’autre que d’évoquer sur scène le rapport organique qu’il entretient avec la musique. Sacré « diable aux cordes », non ? Moi, j’attends plutôt de Georges Leekens qu’il ait le diable au corps. Mieux encore : qu’il ait les Diables dans la peau. Ce serait le moins pour quelqu’un qui envisage de qualifier – enfin ! – cette équipe à un tournoi majeur. A priori, ce ne sera pas pour le prochain championnat d’Europe. Convenez avec moi que ce n’est pas plus mal : l’épreuve aura lieu en Ukraine et en Pologne. Là-bas, à Gdansk ou à Donetsk, il doit manquer singulièrement de restaurants étoilés. Ce n’est pas non plus l’endroit rêvé pour faire les boutiques. Madame risque d’être déçue. Par contre, l’Afrique du Sud, où Georges Leekens était allé faire je-ne-sais-quoi durant le Mondial (ah si : visionner l’Allemagne face à la Serbie et contre le Ghana), le bonhomme a adoré. Madame aussi. Se rendre au Brésil lui plairait également. Madame serait enchantée. Dépaysement assuré. D’accord ! Rien ne presse. Ce n’est qu’en 2014. Mais c’est si loin et si proche à la fois : le temps passe tellement vite. Trois ans pour voir si le « gène Bruneau » ou celui du « Comme chez soi » a essaimé du côté de Rio ou de Sao Paulo, et, ainsi, y repérer les meilleures tables ? Ce ne serait pas du luxe. Ce serait même assez prudent. Dommage, oui vraiment, que Romelu Lukaku n’ait pas été transféré à Flamengo ou qu’il n’y ait pas lieu de convaincre tel ou tel expatrié, genre Nacer Chadli, de porter le maillot des Diables Rouges au lieu de celui des « Auriverde ». Je connais le volontaire qui se chargerait de cette tâche.

En attendant, retour à la réalité. Il y a quelques plats à finir. Premier service ce mercredi soir, à Gand. Au menu, un vague brouet finlandais qui ne peut en aucune manière tourner en soupe à la grimace. Ce fut pourtant le cas en août 2010, lorsque les Diables Rouges se risquèrent à pousser la porte d’une enseigne peu engageante de Turku. Incitation à l’appétit ? Nulle ! Mais gastroentérite garantie. Une fois, ça suffit, non ? Ensuite ? Eh bien, il sera l’heure de goûter au strudel viennois. En espérant que cette spécialité autrichienne ne nous reste pas sur l’estomac. Je vous tiendrai au courant aux environs du 25 mars. Devrais-je alors titrer sur le fait que « Georges Leekens n’a pas l’air dans son assiette » ? Je me gênerais, tiens !  

Dominique

15:31 Écrit par Dominique dans Diables Rouges | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook

Commentaires

Bel humour. Leekens préfère parler de nourriture car tactique il ne connait pas. On ne construit rien avec Sir Georges. Il anime et puis c'est presque tout. Tant que les résultats sont là, on ne dira rien. Mais vu le noyau, faudrait commencer à gagner des matchs.

Écrit par : Luc | 08 février 2011

Répondre à ce commentaire

Évidemment, encore un journaliste qui se permet de critiquer un homme à la compétence plus que reconnue. Mais quand il s'agit de dénoncer l'imposture Dominique D'onofrio, là, les courageux journalistes s'enfuient...

Écrit par : Ced | 09 février 2011

Répondre à ce commentaire

Ce billet a certainement fait le tour des reseau sociaux. Pour quelle raison j'exprime ca? Car a mon avis cette actus est super bonne.

Écrit par : pneus | 28 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

J'apprécierai connaître si les inscription sont utilisable sur le site web. Si oui comment le créer

Écrit par : devis mutuelle | 01 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les news sont bon mais aussi le CMS

Écrit par : Devis travaux | 04 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Je vais linker information sur myspace

Écrit par : assurance vie | 20 septembre 2013

Répondre à ce commentaire

Bien le bonjour all
je tennai vous annoncer qu'en navigant sous internet explorer 9 le logo de ce site m'affiche quelques problèmes de présentation. chaleureusement, Emelia

Écrit par : assurance voiture | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.