Les jeux sont ainsi faits ? Pas sûr…

Par Dominique le 12 février 2011 - 1 commentaire

Une question toute simple en prélude à la vingt-sixième journée de championnat : quelle équipe a tenu ses bonnes résolutions du début de saison ? Voici quelques éléments de réponse…


Anderlecht. Depuis sa victoire contre Saint-Trond samedi passé, le Sporting est donc le premier candidat aux playoffs du haut de tableau à être rassuré mathématiquement sur son sort. Une surprise ? Nullement. Roger Vanden Stock avait annoncé la couleur en début de saison : « Nous sommes encore plus forts que l’an dernier. » A partir de là, les choses étaient claires pour tout le monde, à commencer pour les Bruxellois eux-mêmes : hors de question de gâcher le sommeil du président ! Anderlecht a (re)pris la tête du classement le 19 décembre. Pour autant, les champions en titre exercent-ils une domination sans partage sur la compétition ? Non ! Ils ne comptent que trois points d’avance sur le Racing Genk. La lutte entre les deux équipes promet d’être haletante jusqu’à son dénouement avec, notamment, la venue des Limbourgeois au Parc Astrid le 4 mars dans le cadre d’un match pour lequel toutes les places sont d’ores et déjà vendues. Et tous les scénarios, envisageables ?

Genk. L’émergence des Limbourgeois est naturellement pour beaucoup dans le constat que je viens de formuler : les jeux demeurent ouverts ! En plus, avec la division par deux des totaux… Contraint il y a quelques mois de se contenter d’un rôle de faire-valoir qui lui allait autant qu’une fourrure à un poisson, Genk rêvait dès lors de connaître une régénérescence salvatrice, mais sans toutefois se départir d’une forme de prudence de bon aloi. Ce qui fit dire au président Herbert Houben : « Terminons d’abord dans les six premiers. Nous verrons ce qui se passera ensuite. » Kevin De Bruyne, qui avait préalablement resigné jusqu’en 2015, Jelle Vossen, que Franky Vercauteren ne considérait pas comme un titulaire potentiel, Marvin Ogunjimi et Elyaniv Barda ont fourni au Racing Genk cet allant lui assurant une trajectoire ascensionnelle également rendue possible par l’éclosion du formidable Thibaut Courtois. Par ailleurs, la régularité de David Hubert et la dextérité de Daniel Tözser sur phases arrêtées sont autant d’éléments susceptibles de doper les ambitions des Limbourgeois.

La Gantoise. Désigné par Ivan De Witte (c’est ce qui s’appelle le fait du prince) tandis qu’Emilio Ferrera avait, lui aussi, de chauds partisans à Gentbrugge, Francky Dury (200e match d’affilée comme coach en D1 ce dimanche, à Courtrai) occupe donc l’espace, immense, laissé par Michel Preud’homme après son départ aux Pays-Bas. Comment le Flandrien s’en tire-t-il ? Sur le fond, pas trop mal : les Gantois sont troisièmes. La forme, et je m’en suis déjà ouvert à plusieurs reprises, laisse à désirer. Le football développé par Gand produit énormément de déchets. Francky Dury a beau répéter qu’il est suicidaire de « vouloir voler à douze mille mètres d’altitude dans un avion qui ne peut pas dépasser les neuf mille mètres », cette équipe n’a jamais été en mesure d’envoyer son public au septième ciel. Ridiculisés par le White Star en quart de finale aller de la Coupe de Belgique avant d’émerger chanceusement, les Flandriens ont été trop souvent mis en difficultés pour abandonner ce registre de sparring-partner, de trouble-fête à la rigueur qui, effectivement, leur va comme un… Gand !

Le Club Brugeois et le Standard. En cette période, porter le maillot de l’une de ces deux formations n’est pas simple. Les Flandriens et les Liégeois devront batailler ferme pour décrocher leur qualification dans les playoffs de la première moitié de tableau. A l’Olympiapark, la longue indisponibilité de Ronald Vargas est considérée comme un drame. A Sclessin, on espère apercevoir enfin le bout du tunnel tandis que certains blessés, dont Dominique D’Onofrio s’est accommodé plutôt mal que bien de l’absence, reviendraient à temps pour empêcher leur équipe de voler dans le décor pour la deuxième fois d’affilée. Le Standard doit absolument accélérer la cadence d’ici au 20 mars, date de la fin de la compétition classique. Sinon ? Eh bien, gageons que le lancer de mottes de terre sera redevenu très à la mode à Sclessin. Je grossis le trait ? A peine ! Vous avez vu le programme des Liégeois ces prochaines semaines ? Avec Genk, La Gantoise, Malines et le Club Brugeois à se farcir coup sur coup, ils sont gâtés. Un peu de motilium pour faire passer tout ça ?

Le FC Malinois et Lokeren. Deux excellentes surprises. Contraints de laisser filer Björn Vleminckx, Giuseppe Rossini, Aloys Nong et Joachim Mununga à quelque temps d’intervalle, les Anversois, septièmes l’an dernier et demi-finalistes de la Coupe (mais aussi finalistes en 2009), ont décidé de faire bloc. Cela donne une équipe qui marque peu, en dépit de l’appétit de son meilleur buteur, l’étonnant Julien Gorius (8 goals), mais qui, surtout, encaisse encore moins : lors des cinq dernières rencontres disputées par son club depuis le 18 janvier, Olivier Renard a contraint ses adversaires à un serrage de ceinture généralisé. Du cent pour cent de réussite pour le gardien malinois. Tiendra-t-il cette cadence lors des neuf matches que lui et ses partenaires doivent disputer en trente-sept jours, avec, à la clé, un match de Coupe, trois autres matches d’alignement et, enfin, les cinq journées qui procèdent du déroulement normal du championnat ? L’intéressé ne cache pas son scepticisme (voir mon blog du 26 janvier). Quant à Lokeren, qui est en train de se refaire une virginité, les Waeslandiens ont depuis belle lurette effacé de leur mémoire le souvenir d’une saison désastreuse qui faillit les faire valser à la trappe. Car où seraient-ils aujourd’hui sans le crash (ou krach) de l’Excelsior Mouscron ? Comme quoi, le malheur des uns, etc., etc., etc.

Dominique       
  

15:45 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

J'ai toujours plaisir à vous lire....surtout avec vos petites pointes d'humour.......

Bonne continuation

Écrit par : loos | 12 février 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.