Le dessous des cartes (5) *

Par Dominique le 18 mars 2011

Voilà un bout de temps que le nom de Michel Preud’homme n’a plus été cité ici. Le Liégeois réalise pourtant de l’excellent travail aux Pays-Bas, plus précisément au FC Twente où il a émigré durant l’été. Aujourd’hui, je vais donc vous parler de lui. Mais pas seulement…


Les chiffres. Ils concernent la répartition des buts inscrits cette saison lors des différents temps de jeu que comporte un match. Que constate-t-on à la lecture de ces statistiques ? Eh bien, que c’est dans le sixième, et dernier quart d’heure que les attaques sont les plus prolifiques et que les défenses deviennent, a fortiori, plus perméables. Rage de vaincre et/ou énergie du désespoir pour les uns ? Relâchement et/ou faute d’inattention pour les autres ? C’est selon. Quoiqu’il en soit, retenez que 140 goals marqués (sur 613 pour l’ensemble de la division 1**) l’ont été entre la 76e minute et le coup de sifflet final de l’arbitre, soit 22,8%. Viennent ensuite le cinquième quart d’heure (108/17,63%), puis le quatrième (105/17,12%), le troisième (93/15,2%), le premier (84/13,7%) et le deuxième (83/13,55%). Au niveau des équipes, c’est celle de Lokeren qui a été le plus souvent à même de faire basculer une rencontre en sa faveur durant le fameux « money time ». Les Waeslandiens y sont en effet parvenus à sept reprises, affichant ainsi une étonnante capacité à croire jusqu’au bout en leurs chances. Ils sont talonnés par le Germinal Beerschot, Westerlo, le Lierse et Zulte-Waregem (5 buts dans l’ultime quart d’heure de jeu), le FC Malinois (4), Anderlecht, La Gantoise, le Standard, Eupen, le Cercle, Courtrai et Saint-Trond (3). Genk (2), Charleroi (1) et le Club Brugeois (0) complètent ce classement. Concernant les formations les plus fragiles physiquement et/ou mentalement, la palme revient au Germinal Beerschot. Avec 7 goals encaissés, les Anversois gèrent difficilement les fins de matches. La Gantoise et Westerlo (6), le Club Brugeois (5), Zulte-Waregem, Charleroi et le Cercle (4) sont à peine mieux lotis, au contraire d’Eupen, du FC Malinois et de Saint-Trond (1). Maigre consolation pour les Germanophones, preuve de sérieux pour les Anversois et les Limbourgeois…

L’équipe. Avez-vous remarqué qu’avec le départ de Mbark Boussoufa pour le FC Anzhi Makhatchkala, le championnat de Belgique vient de perdre en peu de temps un onzième joueur prétendument capable d’en relever le niveau ? De quoi constituer une belle équipe ? Et comment ! Je vous en livre d’ailleurs la composition. Dans les buts, l’ex-Trudonnaire Simon Mignolet (Sunderland/1,6 million euro). En défense, de droite à gauche, Roberto Rosales (Gand-FC Twente/3), Mohammed Sarr (Standard-Hercules Alicante/libre), Joao Carlos (Genk-FC Anzhi M./2) et Antolin Alcaraz (Club Brugeois-Wigan/libre). Dans l’entrejeu, je place Joachim Mununga (FC Malines-Gençlerbirligi/1,5), Jan Polak (Anderlecht-Wolfsburg/3), Igor De Camargo (Standard-Bor. Moenchengladbach/4) et Mbark Boussoufa (Anderlecht-FC Anzhi M./8). Enfin, l’attaque : Dieumerci Mbokani (Standard-AS Monaco-Wolfsburg/6) et Milan Jovanovic (Standard-Liverpool/libre). L’entraîneur ? Michel Preud’homme, évidemment. On a un peu tendance à l’oublier, mais le Liégeois réalise un travail formidable au FC Twente. Vainqueurs de la Supercoupe des Pays-Bas pour la première fois de leur histoire, qualifiés depuis jeudi en quart de finale de l’Europa Ligue, où ils avaient été reversés après un excellent parcours au premier tour de la Ligue des Champions, les « Tukkers » sont actuellement deuxièmes de leur championnat, à un point du PSV Eindhoven. Qu’ils ont d’ailleurs battu au « Philipstadion », authentique exploit que le FC Twente n’était plus parvenu à réaliser depuis… trente ans. Reviens, Michel ! Tu nous manques. Mais, voilà : celui-ci le veut-il vraiment ?

Le joueur. C’est Jelle Vossen. Je ne sais pas si ce dernier sera rétabli pour le match qui, dimanche, opposera le Racing Genk au Cercle Bruges, ni même si Georges Leekens pourra compter sur lui, vendredi prochain, en Autriche : Jelle Vossen est en effet blessé au genou. Guéri, le Limbourgeois comptera naturellement profiter du déplacement de son équipe à l’Olympiapark afin de consolider sa place en tête du classement des buteurs. Contesté toutefois par Ivan Perisic (13 goals pour le Croate lors de ses derniers 11 matches), le leadership de Jelle Vossen repose sur les 17 buts qu’il a inscrits jusqu’à présent. Lorsque le Limbourgeois tente sa chance, c’est de préférence avec le pied droit : 11 goals, pour 3 de la tête et 3 autres du pied gauche. La réussite sourit le plus souvent à Jelle Vossen tandis que son club évolue à domicile : 11 goals, également, à la « Cristal Arena » de Genk, pour 6 à l’extérieur. De même, le Limbourgeois avoue une prédilection pour les premier et sixième quarts d’heure des matches : 4 buts à chaque fois. Ses neuf autres goals, il les a répartis équitablement, marquant à 3 reprises de la 45e à la 60e minutes de jeu, puis deux fois lors des deuxième, troisième et cinquième quarts d’heure. Capable de frapper à n’importe quel moment, Jelle Vossen ne voudrait pas que cette saison ait pour lui un goût d’inachevé !                   

Dominique

*Voir mes blogs du 9 novembre, du 22 novembre, du 17 décembre 2010, et du 4 février 2011.

**Ce chiffre tient naturellement compte de la décision prise ce jeudi concernant le match entre Charleroi et le Cercle Bruges. Les cinq buts du score de forfait initialement infligé aux Hennuyers ne sont donc pas repris dans ces données statistiques.

13:08 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.