Lokeren champion = héroïnomane

Par Dominique le 19 avril 2011 - 3 commentaires

L’idée de ce blog m’est venue par hasard. J’étais dans ma voiture, en plein embouteillage. J’écoutais la radio, Europe 1. Le journaliste qui était à l’antenne composait des anagrammes avec les noms de différents hommes politiques français. J’ai eu envie de me prêter à ce jeu, mais en l’adaptant au football belge. Amusant et parfois révélateur…


On prétend volontiers que « le détail fait la personne ». Et si l’anagramme reflétait la réalité ? Du moins, en partie ? Sans doute connaissez-vous cet exercice de style qui consiste à former un mot nouveau à partir d’un terme, nom propre, adjectif, que sais-je encore ? C’est une pratique vieille comme Hérode. Aujourd’hui, l’informatique, et ses programmes spécialisés permettent d’en savourer commodément les subtilités. Plus la peine de se creuser indéfiniment les méninges. Un « click », et ça y est. Démonstration, où l’objectivité n’a évidemment rien à gagner…

Abbas Bayat football = « ballottas » ou « blablatât ». De circonstance, non ? Le très controversé président du Sporting Charleroi est coutumier des effets de manches. Les boniments, il connait. Si ça marche ? Apparemment, non ! Aujourd’hui, son club est en…  ballottage plus que défavorable !

Anderlecht champion = « prochainement » ou « accidentel ». Faites votre choix…

Standard champion = « anarchisant ». Pas faux. Ce titre consacrerait une équipe qui aurait terminé à la rue si la compétition avait rendu son verdict après trente journées. Le système des playoffs pourrait donc sauver les Liégeois et, par la même occasion, bouleverser complètement l’ordre établi en championnat entre la fin du mois de juillet et le dimanche 20 mars. Une victoire plutôt bohème…

Club Brugeois champion = « chamboulerions » tous les pronostics (et pour cause après tout ce qui s’est passé à l’Olympiapark au cours de cette saison) ou « bambocherions » (là, c’est plus logique).

Racing Genk champion = « maigrichonne », comme l’éventualité de voir se ressaisir les Limbourgeois, battus coup sur coup au Standard et à Anderlecht ? Certains observateurs ne prétendent-ils pas qu’ils semblent fatigués, émoussés ?

La Gantoise championne = « émancipation », pour un groupe enfin délivré de l’énorme influence que Michel Preud’homme exerçait jusqu’il y a peu encore sur le vestiaire flandrien, ou « pénalisation », pour l’ensemble du football belge ainsi représenté au plus haut niveau européen par une formation somme toute assez moyenne…

Lokeren champion = « héroïnomane », soit le statut de celui qui, sous l’effet d’une drogue forte, envisagerait cette démente probabilité.

Ariël Jacobs = « cajolerais », ce qui est normal pour un entraîneur avant tout consensuel, adepte a fortiori du compromis, ou « bâclerais », ce qui lui sera reproché au cas où le Sporting d’Anderlecht ne conserverait pas son titre.

Franky Vercauteren. Là, c’est plus compliqué. On peut éventuellement se rabattre sur « avancèrent », c’est ce que les Genkois doivent absolument faire après leur entrée en matière complètement ratée lors de ces playoffs. Cette équipe « entreverra » alors peut-être le bout du tunnel qu’elle a emprunté il y a dix jours à Sclessin et dont elle n’est pas parvenue à s’extraire depuis. Sinon, il y a aussi « cyanurèrent ». Exagéré peut-être mais pas inintéressant. La cyanuration, c’est un procédé qui permet de récupérer l’or contenu dans d’autres métaux, l’argent essentiellement. J’élargis : pour un entraîneur, c’est une façon de tirer le meilleur de son groupe…

Leekens Diables Rouges = « débosselerais » une réputation sérieusement mise à mal sous René Vandereycken, Franky Vercauteren voire même Dick Advocaat ; ou « allégorisés », ce qui pourrait effectivement se produire après le passage, le 3 juin, de la Turquie à Bruxelles ; ou « désorganisés », ce que les Diables Rouges ont été en Turquie, contre l’Autriche voire même contre la Finlande, mais ce qu’ils ne peuvent absolument plus être à l’avenir.

Axel Witsel = « exaltés », et c’est ce qu’ils sont, lui et ses partenaires, à l’idée de réussir un formidable doublé Coupe – championnat, ou « taillées », à l’image des épaules du bonhomme prêt à prendre sur lui le poids de cette énorme pression qui ne manquera pas de peser sur son équipe durant les prochaines semaines.

Droits télévisés = « vitriolés ». Faut-il expliquer pourquoi après que cinq clubs aient décidé, vendredi dernier, de rompre le pacte qui les liait aux onze autres formations de la Ligue professionnelle et, ainsi, négocier séparément la cession de leurs droits télévisés ? Manque de pot, commun, c’est le cas de le dire, pour le football belge, de plus en plus incontrôlable…

Real Madrid – Barcelone = « redemanderai » (et comment !), « indémodable » (ça, c’est sûr !) ou « barricaderai » ma porte afin que personne ne vienne me casser les pieds ce mercredi soir pendant la finale de la Coupe d’Espagne qui opposera, depuis Valence, ces deux formidables équipes. Et j’agirai de même le 27 avril et le 3 mai prochains pour deux demi-finales de Ligue des Champions qui, c’est clair, battront tous les records d’audience. Qu’il est bon d’oublier ces querelles belgo-belges répétitives à l’excès et qui n’aboutissent jamais à rien ! Au fond, qu'est-ce qui vous empêche de faire comme moi ?

Dominique

       

 

10:26 Écrit par Dominique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

Commentaires

un anagramme reprend toutes les lettres du premier mot pas juste celle qui nous interesse

Écrit par : chim4 | 19 avril 2011

Répondre à ce commentaire

C'est d'une faiblesse !!!!

Écrit par : solong | 19 avril 2011

Répondre à ce commentaire

C'est d'une faiblesse !!!!

Écrit par : solong | 19 avril 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.