Francky et Adrie sont sur un bateau...

Par Dominique le 28 avril 2011

Cinq clubs ont procédé jusqu’à présent au remplacement de leur entraîneur. Deux autres, au moins, devraient les imiter fin de cette saison : le Club Brugeois et La Gantoise !


Il s’agit de quelques mots, trois phrases au plus, qui n’ont évidemment pas été glissés innocemment dans la conversation. Ils ont été reproduits cette semaine par « Het Laatste Nieuws », au cours d’une interview accordée par Vincent Mannaert au plus grand quotidien du pays. Le nouveau manager général du Club Brugeois expliquait, en guise de réponse à une question qui venait de lui être posée concernant l’avenir d’Adrie Koster à l’Olympiapark : « Il se peut que nos chemins se séparent à l’issue du championnat. C’est une probabilité. Oui, elle est réelle. » Et, ai-je envie d’ajouter, c’est pourtant tout, sauf une information…

Voilà quelque temps qu’une rumeur fait état d’un possible divorce entre les deux parties sur base d’un consentement apparemment mutuel. Adrie Koster, qui est avant tout un éducateur, un formateur, s’est-il jamais senti à l’aise au sein d’un environnement pourri, par moments, par une ambiance délétère, caractérisé, à d’autres, par le manque de professionnalisme de joueurs au comportement détestable, attitudes répétées et, en tout cas, incompatibles avec leur statut ? De même, la déception de voir le titre échapper au Club Brugeois pour la sixième fois d’affilée n’inciterait-elle pas les Flandriens à solder cet encombrant et lourd déficit ? D’ailleurs, n’ont-ils pas déjà clairement choisi cette option récemment, en chamboulant tout leur organigramme ? Exit Pol Jonckheere. Exit Luc Devroe. Dans ces conditions, exit Adrie Koster ? Ce ne serait que logique…

Il y a peu, il avait été dit que le maintien du Hollandais dans ses fonctions dépendait de la qualification du Club à la Coupe d’Europe. Vu la tournure prise par les événements, les Brugeois ont fait leur deuil de leur présence, l’an prochain, en Ligue des Champions. Place donc à l’Europa Ligue. Si la compétition avait pris fin le week-end dernier, les Flandriens devraient aujourd’hui décrocher leur ticket européen via un match de barrage avec le vainqueur des playoffs 2. Sans garantie de succès, bien sûr. Certes ! Les cinq journées qu’il reste à disputer sont susceptibles de modifier la donne pour le Club, qui peut toujours envisager mathématiquement d’accrocher la troisième place. Certes ! Une victoire du Standard en finale de la Coupe de Belgique changerait aussi pas mal de choses pour eux. Cette double éventualité est-elle de nature à sauver la tête d’Adrie Koster ? Je n’ai pas ce sentiment…

Dès lors, et vous m’avez vu venir, par qui les Flandriens envisagent-ils de remplacer le Néerlandais ?

Un autre avis nécrologique circule dans le monde du football belge. Le nom de Francky Dury y est inscrit en lettres capitales. Je résume. A La Gantoise, on apprend que des contacts ont été noués entre le Club Brugeois et le Flandrien. Quelle en est la teneur ? Mystère. A l’instigation de Michel Louwagie, le manager des « Buffalos », il est procédé à une analyse minutieuse des factures du portable de Francky Dury. Un numéro revient régulièrement : celui de… Vincent Mannaert. Là, je vais faire court. Mis devant le fait accompli, Francky Dury jure ses grands dieux que ces communications sont strictement privées – les deux hommes ont travaillé ensemble à Zulte-Waregem : ils s’apprécient – et, par conséquent, elles n’ont jamais franchi les limites d’un cadre amical sur fond d’une invitation lancée afin de déguster, ensemble, de temps en temps, un bon rollmops-compote en se remémorant des souvenirs communs.

Pourquoi pas, en définitive ? Mais vous y croyez, vous, à cette défense bâtie sur ce concept de la création d’une « Amicale des anciens du Gaverbeek » ? Michel Louwagie, pour sa part, considère la ficelle un peu trop grosse. Et puis, le manager de La Gantoise a une excellente mémoire. Il se rappelle ainsi qu’en 2000, quand Trond Sollied avait quitté Gentbrugge pour l’Olympiapark, c’est également sur base d’un relevé des communications téléphoniques du Norvégien qu’il avait découvert ce qui se tramait à son insu. Le même n’a guère apprécié non plus que, tout récemment, le Club Brugeois ait cherché à lui piquer deux de ses scouts-recruteurs. Enfin, le fait que les relations entre les deux formations relèvent d’une concurrence exacerbée par leur proximité géographique et la perspective d’un énième duel à couteaux tirés d’ici la clôture des playoffs (un seul point les sépare pour l’instant) est loin de redonner le sommeil aux Gantois.

Quoiqu’il en soit, les parties en présence estiment que le pacte de confiance sur lequel reposait leur collaboration a été rompu, tant Ivan De Witte et Michel Louwagie, qui soupçonnent Francky Dury de vouloir leur faire un enfant dans le dos, que celui-ci, qui dément tout en avouant n’avoir guère apprécié que ses patrons lui fassent les poches. Il s’en est ouvert à ses joueurs, spontanément, afin de les mettre au courant de la situation. Ce jeudi, Ivan De Witte et Michel Louwagie avaient prévu de communiquer à leur tour sur le sujet, devant le groupe. Avec tout ça, j’en oublierais presque de préciser que les Gantois sont à la veille d’un déplacement important au Standard. Quelle sera leur réaction, à Sclessin ? Une forme de solidarité vis-à-vis de leur entraîneur prévaudra-t-elle, avec, à la clé, une première victoire pour les « Buffalos » lors de ces playoffs ? Ce serait mieux car, pour eux, il y a urgence. Sinon ? Eh bien, Adrie Koster ne risque-t-il pas d’être sous peu sur le marché ?

Dominique      

13:14 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.