Si, si, Hazard fera bien les choses

Par Dominique le 05 mai 2011 - 3 commentaires

A ce jour, quarante-six footballeurs belges ont remporté un titre de champion à l’étranger. Le dernier en date se nomme Emile Mpenza. Qui sera le prochain ? Un Lillois semble actuellement très bien placé, tandis qu’aux Pays-Bas, Jan Vertonghen et Toby Alderweireld, avec l’Ajax Amsterdam, Bart Buysse et Nacer Chadli, avec le FC Twente, ont juré qu’ils ne se feraient pas de cadeaux dans le duel qui les oppose. A suivre de près…   


Je m’autorise une digression. Je m’offre une escapade. Je délaisse l’horizon artificiel de nos playoffs (avouez qu’ils manquent de consistance, y compris ceux du haut de tableau malgré le suspens qu’ils génèrent) pour m’en aller constater, comme je le suggérais dans mon plus récent blog à propos d’Axel Witsel et de Steven Defour, si l’herbe n’est effectivement pas plus verte en d’autres contrées.

Et elle l’est assurément pour certains footballeurs belges, tout heureux d’avoir trouvé à l’étranger asile, fortune et gloire.

Combien sont-ils à être dans le cas ?

Je ne parle pas de ceux qui, tentés par une vague expérience exotique sous prétexte qu’elle leur permettrait de se remplir les poches, ont bouclé leurs valises et se sont embarqués pour une destination aussi improbable que, finalement, décevante. Du reste, la plupart d’entre eux en sont bien vite revenus. D’où ils étaient et, a fortiori, des illusions qu’ils nourrissaient. Non ! Moi, j’évoque uniquement ces joueurs belges qui ont laissé une empreinte significative là où ils se sont produits. J’en ai dénombré quarante-six. Leur point commun : tous ont remporté au moins un titre de champion sur leurs terres d’adoption.

Le premier d’entre eux s’appelle Alphonse Six. Il portait le maillot de l’Olympique Lillois. C’était juste avant la « Grande Guerre ». Ce pur attaquant, Brugeois de naissance puis Saint-Gillois d’adoption, international belge de surcroît, persuada le club nordiste de l’engager pour ses talents de buteur. A l’époque, Alphonse Six avait terminé en tête du classement des meilleurs réalisateurs du championnat de Belgique. Une fois à Lille, il continua à faire parler la poudre tandis que d’autres, de leur côté, fourbissaient leurs armes. Alphonse Six fut sacré champion de France en 1914 avec l’Olympique Lillois, l’ancêtre du LOSC, là où évolue aujourd’hui Eden Hazard. Je précise pour ceux qui l’ignoreraient que le dénommé Hazard, qui, selon la formule consacrée, n’aime rien tant que bien faire les choses, est promis à un destin majeur dont les signes avant-coureurs sont attendus incessamment, avec la perspective d’un doublé championnat – Coupe de France pour lequel le LOSC demeure plus que jamais un candidat fiable.

L’ambition que l’on prête à Eden Hazard de quitter bientôt Lille non sans avoir préalablement aidé les Nordistes à étoffer leur palmarès s’insinue dans les différentes strates formées par les succès obtenus par les prédécesseurs du Hennuyer. Parmi eux, l’étonnant Eddy Wauters, champion des Etats-Unis avec le Hakoah New York (1957), un rang qu’occupe également François Van der Elst, distingué avec le New York Cosmos (1980). Parmi eux, le boulimique Eric Gerets, champion de Hollande avec le PSV Eindhoven à six reprises (1986, 1987, 1988, 1989, 1991 et 1992) ; l’incontournable Jean-Marie Pfaff, détenteur de trois titres avec le Bayern Munich (1985, 1986 et 1987), pour deux à Daniel Van Buyten (2008 et 2010) ; les respectables Eric Deflandre (Lyon – 2002, 2003 et 2004), Joos Valgaeren (Celtic Glasgow – 2001, 2002 et 2004) et Timmy Simons (PSV Eindhoven – 2006, 2007 et 2008) ; quelques égarés, comme Roberto Bisconti et Manuel Godfroid (Rapid Bucarest – 2003), Yves Lenaerts (PSV Eindhoven – 2003), David Brocken (Valerengen – 2005) ou Ibrahim Maaroufi (Inter Milan – 2007) ; des effacés, limite indifférence, à l’instar de Jan-Pieter Martens (Sturm Graz – 1998 et 1999), Didier Dheedene (Austria Vienne – 2003 et 2006), Thomas Buffel (Glasgow Rangers – 2005), voire… Emile Mpenza (Neftchi Bakou – 2011).

En fait, il n’y a pas une compétition majeure au niveau européen qui n’ait été prise d’assaut, puis assujettie par un footballeur belge. L’Allemagne ? En 1978, Roger Van Gool, que le Club Brugeois avait transféré au FC Cologne, indiqua la marche à suivre à Jean-Marie Pfaff, puis à Daniel Van Buyten. L’Angleterre ? Repéré à l’Antwerp, Richard De Laet connut, brièvement certes, la consécration avec Manchester United en 2009. L’Espagne ? La renommée s’empara de Fernand Goyvaerts en 1967, alors qu’il défendait les couleurs du Real Madrid. L’Italie ? J’ai cité plus haut Ibrahim Maaroufi.

Les autres championnats ? Eh bien, celui des Pays-Bas se taille la part du lion avec seize Belges qui, au moment voulu, franchirent le poteau d’arrivée en tête, à l’instar, notamment, de Walter Meeuws (Ajax Amsterdam – 1985), Gilles De Bilde et Marc Degryse (PSV Eindhoven – 1997), Luc Nilis (PSV Eindhoven – 1997 et 2000), Jelle Van Damme (Ajax Amsterdam – 2002 et 2004), Thomas Vermaelen, Tom De Mul, Wesley Sonck et Tom Soetaers (Ajax Amsterdam – 2004) ou Gill Swerts, Moussa Dembele, Sébastien Pocognoli et Maarten Martens (AZ – 2009). Suivent l’Autriche, avec quatre Belges : Jan-Pieter Martens et Didier Dheedene, mais aussi Michaël Goossens (Grazer AK – 2004) et Axel Lawarée (Rapid Vienne – 2005), et la France, conquise non seulement par Alphonse Six et Eric Deflandre, mais en outre par Enzo Scifo (AS Monaco – 1997) et Philippe Léonard (AS Monaco – 1997 et 2000). Je n’oublie pas l’Allemagne, même si j’en ai parlé, et le Portugal, avec trois Belges : Georges Demulder (Sporting Lisbonne – 1941), Stéphane Demol (FC Porto – 1990) et Mbo Mpenza (Sporting Lisbonne – 2000).

On baisse d’un ton avec la Roumanie, les Etats-Unis et l’Ecosse (voir ci-avant), et encore la Grèce, où Kevin Mirallas et Uker Pardo viennent d’être fêtés avec l’Olympiakos. La Belgique, fabricante-pourvoyeuse de champions ? Plus que jamais grâce à Raymond Braine (Sparta Prague – 1932 et 1936), Onder Turaci (Fenerbahce – 2005 et 2007) et Nicolas Lombaerts (Zénith Saint-Pétersbourg – 2007 et 2010). Aujourd’hui ? La balle est dans le camp d’Eden Hazard, qui, à l’instar de la paire Bart Buysse – Nacer Chadli au FC Twente et du duo composé à l’Ajax Amsterdam de Jan Vertonghen et de Toby Alderweireld, peut à la fois tout gagner mais également tout perdre dans les prochains jours. Pour Stijn Wuytens (PSV Eindhoven) et Jeanvion Yulu Matondo (Levski Sofia), la messe est dite. Il s'agissait là d'un service funèbre !

Dominique            

   

16:00 Écrit par Dominique dans En marge | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

Commentaires

Très intéressant. J'ignorais tout de ce Goyvaerts au Real et de Maaroufi à l'Inter.

Écrit par : John | 06 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour cet article Sympa.

Lucienne

Écrit par : site d'hotel de luxe paris | 12 juillet 2011

Répondre à ce commentaire

J'adorerai savoir si les connexion sont accepté dans ce site. Si oui il est securiser?

Écrit par : annuaire mutuelle | 04 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.