De Bleeckere est-il encore crédible ?

Par Dominique le 18 mai 2011 - 5 commentaires

Il y a énormément de choses à raconter au sujet du titre de champion de Belgique qui est revenu au Racing Genk. Pour moi, la première consiste à admettre que je me suis fourvoyé. Le pronostic que je formulais dans mon précédent blog n’était pas le bon : n’avais-je pas désigné le Standard favori ? Comme quoi, tout le monde peut se tromper. La preuve : un arbitre, prétendument infaillible, en a fait lui aussi la démonstration…


Ainsi, je m’en voudrais d’entamer la rédaction de ces quelques lignes en omettant de revenir sur un fait de jeu capital, lié à la lecture de ce match entre les deux candidats déclarés à la succession du Sporting d’Anderlecht. Il s’agit bien sûr de la sortie pour blessure de Mehdi Carcela. Deux réflexions me viennent à l’esprit lorsque je revois l’image du pied de Chris Mavinga fracassant littéralement le visage de son adversaire.

Tout d’abord, je me demande pour quelle raison Frank De Bleeckere n’a pas exclu l’arrière gauche du Racing Genk. Ce geste était involontaire, maladroit, bref : tout ce que vous voulez, mais il méritait une sanction plus lourde qu’un banal avertissement. Je ne m’explique pas non plus la passivité de l’un des deux assistants de l’arbitre flandrien qui, le nez pourtant collé sur l’action, ne paraît pas mesurer la portée, gravissime, de ce qui vient de se produire. A dix contre onze, cette rencontre aurait-elle pris une autre tournure ? Peut-être ! Ce dont je suis sûr, en revanche, c’est que Chris Mavinga n’aurait jamais dû rester sur la pelouse. Par ailleurs, le remplacement de Mehdi Carcela contraignit Dominique D’Onofrio à décaler Axel Witsel sur la droite. Non seulement, le Standard perdait un élément capable de faire la différence n’importe quand (Carcela), mais, obligé de repositionner Axel Witsel sur l’aile, il se retrouvait affaibli dans un secteur essentiel – l’entrejeu –, dont les Liégeois s’étaient assurés pleinement la maîtrise (71% de possession de balle après 20 minutes).

Ce qui avait été possible à Lokeren, lors de la huitième de journée de ces playoffs, ne le fut donc pas à Genk. Notez que cela aurait pu si ce même Witsel n’avait pas été étrangement sanctionné en seconde mi-temps tandis qu’il s’était débarrassé de Matoukou et s’apprêtait à solliciter Nong, esseulé devant Thibaut Courtois. Je rappelle brièvement les faits pour les distraits : Frank De Bleeckere pénalisa les Liégeois, considérant que le ballon était sorti des limites du terrain. Or, il n’en était rien. Mavinga plus Witsel ? Deux grossières erreurs d’arbitrage à ce niveau ? C’est trop, beaucoup trop. Attention ! Je parle là de quelqu’un qui a récemment réussi l’exploit d’annuler un but alors que le joueur puni (Cristiano Ronaldo) avait été préalablement déséquilibré par un adversaire (Gerard Piqué). C’était, souvenez-vous, le 3 mai dernier, lors de la demi-finale retour de Ligue des Champions qui opposait le Real Madrid au FC Barcelone. A 0-0, c’était, là aussi, une décision, mauvaise en l’occurrence, qui comptait ! A Genk, c’était 0-1. Cela aurait pu être 0-2. Et on n’aurait plus parlé du Racing…

Ne vous méprenez pas ! Je ne prétends pas que si Genk a été champion, c’est grâce à Frank De Bleeckere. Mais, bon ! Est-il toujours crédible ? A fortiori, le Standard n’a pas perdu le titre à cause du merle d’Audenarde. Le sacre des Limbourgeois est mérité. Il récompense l’équipe la plus régulière sur l’ensemble de la compétition. Cet élément doit évidemment être pris en considération. Si le Racing est parvenu à afficher une telle constance, trouvant encore les ressources de forcer son destin face au Standard malgré que les Liégeois, impeccablement organisés, menaient au score, c’est parce que les Limbourgeois ont apparemment quelque chose en plus. Autrement dit, c’est parce que, finalement, ils possèdent la formation la plus complète, la mieux armée techniquement, physiquement et mentalement qu’ils ont été capables d’inscrire leur parcours dans une telle durée : quarante matches, ou presque, en tête, ce n’est pas rien en effet.

Dès lors, demanderez-vous, qui convient-il de sortir du lot ? Thibaut Courtois, pour son exceptionnelle émergence au plus haut niveau en un laps de temps aussi court ? Jelle Vossen, Marvin Ogunjimi et Elyaniv Barda, pour ce détonant ménage à trois qu’ils forment avec, à la clé, 49 goals et 19 assists ? Kevin De Bruyne, dont les coups de patte sont autant de coups de baguette magique qui conduiront ce Gantois d’origine très, très haut ? Ou Ngcongca Anele, probablement le meilleur arrière droit du championnat ; Torben Joneleit et Eric Matoukou, qui ont réussi – dans le geste défensif pur, je parle, pas en terme de relance –, à s’approprier les clés de l’axe central de Genk après le transfert de Joao Carlos en Russie ; Daniel Pudil, David Hubert et Daniel Tözser, soutiers parmi les soutiers ne rechignant jamais à aller au charbon pour le bien du groupe ; ou Franky Vercauteren, l’architecte, l’orfèvre, le maître d’œuvre, toujours aussi exigeant, aussi intelligent et aussi connaisseur du jeu, mais dont le discours réconforte, apaise, suggère désormais davantage qu’il ne sanctionnait autrefois par sa brutalité de ton ? Oui : qui sortir du lot ? En définitive : est-ce important de le savoir ?

Dominique     

12:24 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

Commentaires

On peut être supporter du Standard tout en étant journaliste ... et respecter sa déontologie en conservant son objectivité.

Les images TV montrent clairement que le ballon de Witsel est sorti des limites de jeu.

Quant aux erreurs d'arbitrage, si elles sont effectivement criantes et bien réelles, dans notre championnat, n'oublions pas que le Standard en a plus que largement profité durant ces playoffs.

Il est vrai qu'on peut aussi être journaliste et mauvais perdant ...

Écrit par : bluesgib | 18 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Je suis supporter des rouches donc peut-être pas complétement objectif. Cependant, comment ne pas mettre la rouge sur cette agression! Les visages des joueurs (Tchité et Witsel en pleurs, Van Damme et Defour abattus) m'ont rappelé ceux que l'on a vu lors de l'incident Wasilewski et, comme tout le monde, j'espèrais ne plus revoir ça. Cette faute doit toujours être sanctionnée d'une rouge.

Et, pour finir, j'adorais regarder avec toi ces fameuses images où le ballon de Witsel est sorti! Même la presse du Nord du pays s'accorde à dire que le ballon n'avait pas entièrement franchi la ligne!

En résumé je trouve que la suffisance de Mr De Bleeckere l'handicape. Lire qu'il trouvait avoir fait un excellent match après le classico était scandaleux car dans le même temps le monde du ballon rond s'indignait de ce but refusé injustement. Tout le monde doit savoir se remettre en question, même Franck...

Écrit par : Arnaud | 18 mai 2011

Je n'ai pas lu un seul article de la presse intenationale qui affirmait que le carton jaune était suffisant. Dans n'importe quel autre match, le défenseur est exclu. Même s'il est maladroit et évidemment involontaire.

Écrit par : Luc | 18 mai 2011

Répondre à ce commentaire

... les visages abattus... on a oublié les sourires de Witsel après son agression sur Wasyleski chez les rouges...

Écrit par : hox | 18 mai 2011

Répondre à ce commentaire

.... le visage des joueurs on a vite oublié le sourire de Witsel après son agression sur wasyl... chez les rouges.

Écrit par : hox | 18 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.