Francky Dury a-t-il tué Hugo Broos ?

Par Dominique le 24 mai 2011 - 2 commentaires

Le championnat est terminé depuis une semaine. La Coupe vient d’être décernée. Faut-il pour autant en déduire qu’il ne se passe plus rien au sein du football belge ? Eh bien non…


L’heure n’est déjà plus aux réjouissances, même si une ultime satisfaction s’est insinuée ce samedi soir le long des bords de Meuse, tandis que des milliers de supporters du Standard fêtaient la victoire de leur équipe en finale de la Coupe de Belgique. Un succès mérité.

L’heure, donc, n’est déjà plus aux réjouissances, car un match capital attend les Diables Rouges. Ce sera le vendredi 3 juin, face à la Turquie. J’aurai l’occasion de vous en reparler. A propos : avez-vous observé que l’Union belge vient de s’adjoindre les services d’un professionnel body-buildé, dont la mission consiste à préserver la tranquillité des internationaux belges en toutes circonstances ? Lors des interviews, les journalistes doivent ainsi se préparer à subir, de la part du roquet nommé dans cette fonction de chien de garde, des palpations et des fouilles corporelles destinées à leur retirer tout objet – stylos, carnets de notes et autres téléphones portables – susceptible de reproduire la moindre déclaration sortant de la norme préalablement établie par le roi Georges, premier du nom. Les badauds, qui croiseront par hasard nos internationaux dans les jours à venir, ne pourront plus leur adresser un petit mot d’encouragement sans risquer d’être vigoureusement plaqués au sol par le pit-bull désormais en service. Coupés d’un public qu’ils venaient à peine de reconquérir, les Diables Rouges s’ajouteront-ils bientôt à la longue liste des aigris et des inadaptés sociaux vers laquelle le football de haut niveau renvoie ceux qu’il n’a que fugitivement touchés de son aile ?

L’heure n’est déjà plus aux réjouissances, même s’il apparaît de plus en plus probable qu’Eden Hazard est promis à ne jamais décrocher du firmament. Champion de France ce week-end avec Lille, le Brainois est devenu le quarante-neuvième footballeur belge à avoir remporté un titre national à l’étranger. Le premier d’entre eux se nommait Alphonse Six et, curieuse coïncidence, c’était à Lille, avec l’Olympique Lillois, que cet attaquant, Brugeois d’origine, s’était distingué. Je vous en avais parlé dans un précédent blog, à la date du 5 mai dernier. Je m’étais arrêté à Emile Mpenza, qui venait tout juste d’être sacré champion d’Azerbaïdjan avec le Neftchi Bakou. On en était à quarante-six. Depuis, les noms de Jan Vertonghen et de Toby Alderweireld, tous deux avec l’Ajax Amsterdam, se sont ajoutés à la liste de ces mercenaires qui, finalement, n’aiment rien tant que dégoter la lune sous d’autres cieux que le nôtre. Si vous préférez : nul n’est prophète en son pays. Qu’est-ce à dire ? Que Georges Leekens laissera Eden Hazard sur le banc face à la Turquie par souci de préserver avant tout l’unité de son groupe, quitte à se priver de son joueur le plus doué mais qu’il juge trop individualiste ? D’ailleurs, il s’agira peut-être de l’une des tâches confiées à la nouvelle nounou des Diables Rouges : empêcher Eden Hazard de monter le 3 juin sur la pelouse du Heysel et, ainsi, lui confisquer son talent comme on confisque lacets et ceinture aux prisonniers.

L’heure n’est déjà plus aux réjouissances pour Francky Dury, logiquement prié de dégager à La Gantoise, ni pour Hugo Broos, qui vient de prendre la porte à Zulte-Waregem. Figure imposée à tous les entraîneurs, le limogeage, plus pudiquement appelé aussi « divorce par consentement mutuel », est la plus grosse imperfection d’une corporation où chacun voit midi à sa porte et refait chaque match selon ses propres convictions. En matière d’ego, la chute, lorsqu’elle survient, n’en est que plus douloureuse. Pour beaucoup qui sont tombés de haut, ce sont les dirigeants, demeurés debout, qui leur apparaissent comme déséquilibrés. En ce qui concerne Francky Dury et Hugo Broos, je ne me fais pas trop de souci : ils retrouveront très vite du travail. En dépit de rumeurs qui l’annoncent à Bruges, où Adrie Koster ne devrait pas tarder à être fixé sur son sort (dès ce mercredi ?), rien n’empêche plus le premier nommé de revenir à Zulte-Waregem. Certains, au sein même du club flandrien, ne cachent pas qu’ils privilégient une telle option… « interne ». Comme quoi, le football belge ne cessera jamais de faire du neuf avec du vieux. Quant au second, il ne profitera pas de cette période de vaches maigres pour succomber aux grasses matinées. Hugo Broos sait se vendre, que ce soit dans les médias ou auprès d’un employeur potentiel. Au fait : n’est-ce pas ce qu’il fait de mieux depuis des années ?

Dominique  

14:29 Écrit par Dominique dans En marge | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

Crime passionnel...

Écrit par : Nad | 24 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Les critiques pathétiques sur Georges Leekens reflètent probablement une pathologie à soigner au plus vite.

Les supporters belges se réjouiront en tout cas qu'elles restent confinées à un blog presque anonyme plutôt que d'être répandues dans un quotidien.

Écrit par : TGL | 24 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.