Heureusement, il y a Mbokani !

Par Dominique le 17 août 2011 - 1 commentaire

Ressurgi de nulle part, le Congolais a toutes les qualités requises pour faire oublier Romelu Lukaku. Du moins, s’il le veut bien. Chez lui, tout se joue habituellement dans la tête. En attendant, ses jambes ne suivent plus. Déjà...


Je ne sais pas vous, mais moi, toute cette agitation autour du transfert de Romelu Lukaku à Chelsea commençait sérieusement à me casser les pieds. Attention ! Je n’écris pas cela rapport à l’un de mes précédents blogs, celui du 20 juillet en l’occurrence. J’avais émis de sérieux doutes au sujet du départ de l’international belge. Je trouvais que les choses traînaient en longueur et qu’entre les déclarations à géométrie variable des uns et des autres – relisez la presse –, on parlait beaucoup pour ne rien dire. J’étais sceptique. Je m’en suis ouvert franchement. J’avais tort. Je l’admets. Si, sur ce coup-là, une agence de notation des articles existait, comme il ne serait finalement peut-être pas sot de le préconiser, vous m’auriez attribué un D – et vous m’auriez envoyé me faire voir ailleurs. Vous auriez eu raison : je le méritais. Remarquez que notation d’un jour n’est pas forcément notation de toujours. Romelu Lukaku, par exemple. Son talent AAAAAAA ++ en Belgique risque d’être exposé à une dégringolade sans préavis dans un championnat, la Premier League, où ses qualités physiques ne sont pas suffisantes. S’il ne s’améliore pas techniquement, Romelu Lukaku ne réussira pas à Chelsea. Encore un avis catégorique, pensez-vous ! Une conviction profonde, plutôt. Et qui tranche avec cet imbroglio d’opinions et de reportages creux qui n’ont cessé d’être émises et de paraître dès lors que le prodige avait sauté le pas et traversé la Manche. Depuis un but avec Anderlecht face au FC Malinois il y a presque deux semaines, la notation Lukaku a reposé sur toutes les données possibles et imaginables, s’embarrassant la plupart du temps de propos d’autant plus oiseux que, à moins de me tromper à nouveau sur son compte, le principal intéressé ne s’est toujours pas exprimé personnellement sur sa nouvelle vie. Celle-ci n’en a pas moins été disséquée de toutes les manières. Etalée en pleines pages de toutes les gazettes de Belgique, l’existence « made in England » de l’icône. Passé au tamis, le quotidien du nouveau meilleur ami de Didier Drogba. Les journalistes avaient aiguisé leurs plumes. Leurs papiers se sont envolés. Et pour cause ! Ils étaient parmi les plus lus. Le vide-greniers de la grande famille du football belge, où chacun déballait, puis gonflait ce qu’il avait bien pu glaner, jouait son rôle de troc et puces auprès du plus grand nombre, vendant un truc pour le prix d’un machin – ou inversement – sans que le lecteur, du moins en ce qui me concerne, ait pu y trouver son compte en terme d’informations pures. Bouquet final : cette double page publiée samedi. On y relate, notamment, dans quelle voiture Romelu Lukaku va se déplacer à Londres, photos complaisamment fournies par le distributeur de la marque, celui-ci mettant gracieusement à la disposition du Bruxellois un instructeur afin de l’aider à maîtriser toutes les subtilités de la conduite à gauche. Joli coup de pub. Mais totalement dépourvu d’intérêt. On résilierait son abonnement à la feuille de chou pour moins que ça ! Enfin, si cela aide la presse à se sauver d’une mort qu’on lui promet inéluctable tout en répondant à la demande d’un lectorat avide de banalités, moi, je n’ai rien contre. Vu aujourd’hui avec tout le recul et toute la profondeur qu’elle mérite, l’annonce de la découverte de Londres par Romelu Lukaku au volant de son bolide me ferait presque oublier d’attirer votre attention sur le fait que le Standard n’a plus d’équipe. Ou, du moins, les Liégeois n’ont plus une équipe digne de ce nom, impression que j’ai ressentie à Gentbrugge et qui s’est confirmée depuis, avec les ventes de Steven Defour et Eliaquim Mangala au FC Porto. Au fait : tout cela va déboucher sur quoi, contre Helsingborgs, en Europa Ligue ? A Sclessin, c’est clair, on semble être en pleine phase de récession. Du reste, le championnat de Belgique n’est-il pas, dans son ensemble, exposé à dégradation, lui qui s’apprête à perdre bientôt Kevin De Bruyne, Jelle Vossen, auquel le FC Porto s’intéresserait également, voire Mehdi Carcela ? Certes ! Tout cela fait rentrer de l’argent, un peu plus de 55 millions d’euros jusqu’à présent, mais au prix d’une purge brutale, douloureuse, dévastatrice. Et que dire encore du feuilleton Franky Vercauteren, sinon qu’il devait s’achever ce mercredi soir, sur la pelouse du Maccabi Haïfa ? Heureusement qu’il est là, l’ami Franky, pour nous dérider, comme lorsqu’il a entrepris de raconter que son choix de partir aux Emirats Arabes Unis n’est « pas dicté uniquement » par l’attrait financier. En entendant ça, il y avait effectivement de quoi s’en payer une bonne tranche ! Quoique la façon employée par Franky Vercauteren pour quitter Genk soit plutôt cavalière. Je n’y reviendrai pas. Je me suis assez exprimé là-dessus. Cependant, je ne nierai pas que ces gesticulations tombèrent à un moment plutôt opportun, histoire que j’évite de devenir à mon tour un Lukakumaniaque. De même, la blessure, fâcheuse j’en conviens tout à fait, de Dieu… non merci Mbokani a détourné l’attention des quotidiens surreprésentés ces jours-ci à Londres. Rappel séance tenante des envoyés spéciaux, priés d’examiner sur le champ le genou du Congolais. Qui, décidément, n’est pas un joueur comme un autre. Le Sporting d’Anderlecht a besoin de lui. Le voilà absent pour un bout de temps. Sans, je le répète, que sa responsabilité soit engagée. Du coup, plus personne ne me parle de Romelu Lukaku. C’est déjà ça. J’adresse donc toute ma gratitude à Dieu… non merci Mbokani. Grâce à lui, cela me fait des vacances. Mais comme son indisponibilité risque d’avoir une influence directe sur le jeu des Bruxellois, je redoute qu’on frôle à nouveau l’overdose s’agissant de son prédécesseur. Surtout si Anderlecht chute face Bursaspor. Le titre qui s’envole vers Genk après que le Sporting ait vendu Mbark Boussoufa il y a quelques mois ? A l’époque, certains avaient échappé de peu à la pendaison aux réverbères éclairant les allées centenaires du Parc Astrid. Ils n’auront plus cette chance pour peu que les Bruxellois doivent tenir la chandelle une seconde saison d’affilée. Car si c’est le cas, on criera très, très souvent au Rome… loup…           

Dominique

16:06 Écrit par Dominique dans Jupiler Pro League | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

On aimerait bien avoir l'avis de ce cher auteur sur le comportement de Dominique D'onofrio qui réclame des indemnités de licenciement après avoir quitté le Standard de lui-même. Pour qqn qui stigmatise le comportement intéressé de Georges Leekens, bizarre de ne rien en lire. Ha c'est vrai, Dominique D'onofrio est tellement sympa. Et tellement courageux. Le mythe du brave Dominique qui partait le dernier et fermait les grilles de l'académie... Surement une construction de l'esprit de journalistes sans courage qui marchaient dans le sens de la famiglia.

Écrit par : TGL | 18 août 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.