"L'euthanasie pour les Nuls"

Par Dominique le 26 août 2011 - 1 commentaire

Ainsi, aujourd’hui, il n’est plus possible, dans un stade de football, qu’une minute de silence soit respectée en mémoire d’un bébé décédé ? Insupportable…


J’éprouve de plus en plus de problèmes avec certaines mœurs en vigueur dans ce football (faussement ?) qualifié de « moderne ». Pour essayer de vous faire partager mon désarroi, deux exemples. Le premier remonte à une semaine. Je n’oublierai jamais l’incompréhension, la détresse lues dans le regard d’Eiji Kawashima lors du match de championnat qui opposait son équipe, le Lierse, à celle du Beerschot : les supporters anversois avaient eu la délicatesse de faire un rapprochement entre le nom du gardien japonais et celui du site de Fukushima. Tenter une telle rime ? Il fallait oser, non ? De sinistres crétins l’ont fait. Après les propos malheureux de Jacky Mathijssen, stigmatisés d’ailleurs dans un précédent blog, voudrait-on dériver sur les marécages d’une forme exacerbée de comportement identitaire du côté du Kiel ? Si tel est effectivement le cas, on ne s’y prendrait pas autrement. Le sport, le football en particulier a contribué à éduquer l’homme. Or, le jeu est en train de devenir une composante majeure d’un véritable phénomène de dé-civilisation. C’est à cela que je songeais hier soir, alors qu’un silence pesant était descendu sur le Parc Astrid afin de permettre au public du stade Constant Vanden Stock de rendre hommage au fils de Dieumerci Mbokani, décédé prématurément. Puis, sur la gauche de l’endroit où j’avais pris place, à peine filtrés par l’épais vitrage de l’étage des business-seats, des chants, purs produits d’une bêtise sans nom, émanèrent du coin de tribune où avaient été parqués les supporters de Bursaspor : ceux-ci troublaient lamentablement cet instant de recueillement. Mais pourquoi ? Comment ne pas être choqué par ce manque de respect, par cette inélégance ? Ainsi m’apparaît ce monde du football qui fut naguère jovial, pacifique, ironique, cultivé : en proie à un désœuvrement moral qui n’est pas près de s’estomper. Puisqu’on en est là, je ne saurais dès lors que conseiller à quelques-uns d’acheter sans plus tarder l’ouvrage : « L’euthanasie pour les Nuls ». Et qu’ils s’y plongent immédiatement : sans doute y puiseront-ils quelque matière qui contribuera à l’assainissement de nos stades ! Kawashima, Fukushima. L’équivalent de vingt bombes de la puissance de celle qui s’est abattue sur Hiroshima il y a soixante-six ans a dévasté en mars toute une région, et des cuistres trouvent à cela sujet pour plaisanter ? Dé-civilisation, je vous dis. Il n’est plus possible, aujourd’hui, qu’une minute de silence soit respectée en mémoire d’un bébé qui vient de mourir ? Dé-civilisation, je le répète. L’acte frappe par sa stupidité, en raison de sa méchanceté. Evacuer l’une, éradiquer l’autre en proposant trois Pater et deux Ave, comme le fera probablement l’Union belge en ce qui concerne les lourdauds du Beerschot ? Autant se soulager dans un violoncelle : cela n’aura aucun effet. Monde tel qu'il va. Plutôt qui ne va pas. Mais, surtout, que ceci ne nous empêche pas de dormir. Personnellement, j’avoue qu’en rentrant du Parc Astrid, j’ai eu du mal à trouver le sommeil. Et pas parce que Safari rime avec « ça suffit ». A propos : celui-là, c’est une sacrée découverte. Un défenseur qui ne défend pas. Ah ! Dieu que je plains Ariël Jacobs, lui qui passe son temps à remonter un rocher qui, ensuite, dégringole la pente. Safari, certes ! Mais que penser de Samuel ? On ne se méfie jamais assez des imitations. Ou des contrefaçons. Tandis que le Suédois se faisait surprendre sur les deux goals marqués par Bursaspor, les images du premier but encaissé il y a un mois par Anderlecht à Louvain défilaient devant moi. Vous vous interrogez : avec quoi, il revient, celui-là ? Il n’empêche ! Impossible de m’ôter de l’esprit le simulacre de cette intervention de Samuel allant au duel tout en fermant les yeux, effectuant conjointement un mouvement de la tête vers le bas. Safari, Samuel ? En voilà deux à qui il serait de bon ton d’offrir « Le football pour les Nuls »…    

Dominique        

14:28 Écrit par Dominique dans En marge | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Je n'aime pas le football, je n'y connais rien,et la semaine passée, j'étais très étonnée qu'il n'y ait aucun commentaire, sauf le mien à l'annonce de la mort de ce petit bébé, cela m'a touchée comme toutes Mamys qui se respectent, votre texte reflète la mentalité, triste mentalité actuelle, je pense à ces parents qui sont dans la douleur, je suis de tout coeur avec eux dans leur désarroi et leur tristesse.Avec toute ma sympathie pour ces pauvres parents

Écrit par : Flamand Marcelle | 26 août 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.