Qui est Renaud ?

Bon moi c’est Renaud Hermal et cela ne fait pas 30 ans que je baigne dans le foot. Mais à c’est en lisant tous les matins des journalistes comme Dominique Paquet que j’ai voulu être moi aussi « reporter ». Quitter mon siège de spectateur pour aller voir ce qui se passe dans les vestiaires. Cela a commencé en 1997. A peine mon diplôme de prof d’histoire-géo dans la poche que je commence comme pigiste à la rédaction sportive de La Libre Belgique (plus tard, suite à une confidence de Frank Baudoncq, j’allais apprendre que les meilleures études pour être journaliste étaient celles de prof). Je commence donc chez IPM, groupe de presse qui publie La Libre et la DH/Les Sports. La Libre est au 1er étage alors que la DH et sa rédaction sportive sont au 4e. Les premiers mois je reste dans l’ombre et je fais ce qu’on me dit. Pas trop question d’écrire mais plutôt de remplir les colonnes de brèves et chercher des photos. Ah ces photos… elles étaient au 4e. Fallait donc traverser cette rédaction des Sports et croiser le regard de ces personnes que je lisais depuis des années. Une certaine émotion car le journaliste est plutôt grande gueule et bruyant. Et puis quand on travaille au sport à La Libre… Après un an, je passe full time et commence le vrai métier. Coupe du monde 98 en France, quel bordel, le championnat de Belgique de foot, le froid du Stade Roi Baudouin, les sandwichs mous de la salle de presse de Lommel et puis l’Euro 2000. Malgré le résultat des Belges et trois ulcères, j’en garde un souvenir fou. Vivre à 200% pendant 2 mois en ne comptant plus rien si ce n’est les lignes (du journal…), côtoyer 24 heures sur 24 les meilleurs journalistes européens, et ce sentiment de faire vraiment partie du grand cirque qu’est le football. Overdose ou choix de carrière, toujours est-il qu’en 2001 je quitte la rédaction sportive pour la nouvelle rédaction multimédia. Et me voilà dans le web depuis 8 ans. J’ai continué à suivre le foot mais j’ai quitté son monde. Plusieurs de mes amis y travaillent encore. Moi, je regarde cela avec un regard critique, plus distant parce que le foot ça brûle et pas que les billets de banque et les jeunes joueurs. C’est vrai que parfois cela me manque, ces histoires. Alors en attendant que j’y replonge, un jour peut-être, je vais partager avec vous et Dominique mes idées sur ce ballon qui ne tourne plus vraiment rond.

Écrit par Skynet Foot Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.